AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:29

Passons maintenant aux bateaux à aubes(Steamboat):


Les steamboats furent inventés par Robert FULTON et furent misent au point par le capitaine Henry Miller Shreve

Robert FULTON :
(1765 Pennsylvanie-USA - 1815)

Il réalisa industriellement la propulsion des navires par la vapeur.

Robert Fulton fait fonctionner le premier bateau à vapeur sur la Seine 9 août 1803. Vers six heures du soir, Robert Fulton mit en mouvement un bateau de son invention, actionné par une pompe à feu. Parti de Chaillot, l’engin remonta la Seine à la vitesse d’un piéton pressé, puis la descendit, fit diverses manoeuvres et embarqua plusieurs membres de l’Institut, dont Volney, Prony, Bossut et Carnot, qui purent vérifier la réussite de l’expérience.

Les essais de Fulton venaient au terme d’une longue série de tentatives pour appliquer la vapeur à la navigation fluviale: Denis Papin en Allemagne (1707), d’Auxiron et Joffroy en France (1774), Ramsey (1786) et Fitch (1790) en Amérique, Symmington et lord Dundas (1788-1801) en Angleterre.

Fulton est un autodidacte et sa créativité s’enracine, comme souvent en ce temps, dans la pratique du dessin industriel. Né en 1765 en Pennsylvanie dans une famille pauvre, il se fit un nom comme peintre miniaturiste, puis en 1786, s’expatria en Grande-Bretagne où il devint dessinateur de machines. En 1796, il vint à Paris offrir au Directoire un modèle de sous-marin censé garantir à son pays et à ses alliés la liberté des mers. Des essais concluants eurent lieu en 1800-1801, sans pouvoir convaincre les autorités politiques.

C’est grâce au soutien de Robert Livingston, chargé d’affaires américain à Paris, que Fulton put mener à bien ses études sur la propulsion à vapeur. Au début de 1803, la coque du prototype se rompit sous le poids de la machinerie. Il construisit alors, sur l’île aux Cygnes, un bateau de 74 pieds de long sur 8 de large. Le cylindre de la machine à vapeur, vertical et à double effet, avait été construit par les frères Périer; la chaudière à basse pression, modèle Barlow, et la mécanique sortaient des ateliers d’Étienne Calla; deux roues à aubes de dix pales tournaient à 15 tours/minute. Pour assurer l’équilibre, la machinerie était ingénieusement répartie sur toute la longueur du bateau.

Le projet fut présenté au Premier Consul par Louis Costaz, son vieux compagnon d’Égypte. Bonaparte, qui n’avait aucune patience avec les hommes à projets, et avec Fulton en particulier, le refusa. C’est aux États-Unis que Fulton ouvrit en 1807 avec le « Clermont » la première ligne régulière à vapeur entre New York et Albany.

Ils furent misent au point par le capitaine Henry Miller Shreve( http://xroads.virginia.edu/~hyper/detoc/transport/shreve.html ).
ces bateaux devinrent le lien commercial entre le nord et le sud des états unis transportant coton ,bois,charbon et céréales sur le mississippi.
Et puis de simples transporteurs de marchandises ils devinrent showboats véritables hôtels flottants.
Il existe 2 type de steamboats :
-Le stern wheeler (traction arrière)avec une seule roue à aube à l'arrière:notre Mark Twain
-Le side Wheeler (traction de côté)avec 1 voir 2 roues à aubes situé sur le côté:notre Molly Brown.
nos 2 navires transportent à chaque fois leur 160tonnes à la vitesse de 5 noeuds.
Pour en savoir plus sur les steamboat:
http://inventors.about.com/library/inventors/blsteamship.htm

-Le Stern wheeler (traction arrière) :



Mark Twain:

Samuel Langhorne Clemens dit Mark Twain, typographe, pilote de steam-boat sur le Mississipi, chercheur d’or, journaliste et romancier est né le 30 novembre 1835, à Florida [Missouri-USA]. Promu Docteur Honoris Causa de l'université d'Oxford en 1907. Il meurt le 21 avril 1910 à Redding [Connectictut-USA]. Bien qu’il ait écrit des textes plus graves, Mark Twain est souvent retenu comme l’auteur de Tom Sawyer et comme humoriste.

"Je crois que Notre Père Céleste a inventé l’homme parce qu’il a été déçu du singe"
Mark Twain.

Mark Twain a eu une scolarité assez courte, orphelin de père à l'age de 12 ans il devient apprenti typographe à Hannibal [Missouri]. C’est là aussi qu’il fait son apprentissage de l’écriture en rédigeant ses premiers articles pour le journal local dirigé par son frère.
De 1857 à 1861, il est pilote de steamboat, rêve de beaucoup de garçons de cette époque. "Quand j'étais petit garçon, dans notre village sur la rive ouest de la Rivière Mississippi, mes camarades et moi avions une ambition permanente, celle d’être un steamboatman." [texte : 'Old Times on the Mississippi']. C’est de cette période de sa vie qu’il tire son nom d’auteur. "Mark twain [ancien pour two] !" [Deux à la marque !] étant le cri des sondeurs des steamers qui, par hauts fonds, jaugeait qu’il y ait bien les deux brasses de profondeur nécessaire à la navigation du bateau. C’est la guerre de Sécession, cause de l’arrêt du trafic sur le Mississipi, qui met fin à sa carrière de pilote.
Pendant quelques années, il est chercheur d’or en Californie et au Névada. Expériece qu’il relatera dans Roughing It [Vivre à la dure].
C’est en 1863, pour la première fois, qu’il signe un texte humoristique du nom de Mark Twain.
En 1864 il devient reporter à San Fransisco. Il commence à voyager comme correspondant du Sacramento Union: les îles Hawaï, l’Europe [France et Italie principalement].
C’est en 1869 qu’il connaît son premier succès d’auteur avec The Innocents Abroad [Naïfs à l’étranger] où il attaque avec humour les préjugés et comportements des Américains comme des Européens .
En 1870 il épouse Olivia Langdon.
Entre 1876 et 1884 il publie plusieurs textes remarqués dont le célèbre Tom Sawyer qui fut cependant regardé comme une œuvre pour adolescents alors que lui la destinait à un public adulte. Ce n’est que Huckleberry Finn [1884], où l’on décèle des réminiscences de Tom Sawyer, qui sera considéré comme fiction pour adultes. Texte qui lui valut d’être mis sur le même plan que Stevenson et Dickens. Ce récit met en présence un jeune garçon fugueur et un esclave Noir fugitif. Prémisses d’une prise de position qu’il affirmera plus tard dans The Man That Corrupted Hadleyburg [1900] : "Je n’ai pas de préjugés de race – la seule chose qui m’importe est de savoir qu’un homme est un être humain – c’est suffisant pour moi, de ce fait, il ne peut pas être pire qu’un autre."
La fin de sa vie sera moins heureuse, en 1990 il est quasiment ruiné par de mauvais investissements et la chute de sa propre maison d’éditions. Pour essayer de se sauver de cette banqueroute, il entreprend un cycle de conférences et de cours en Nouvelle-Zélande, Australie, Inde et Afrique du sud. Durant ce périple, il apprend la mort de l’une de ces filles. Le décès de sa femme quelques années plus tard finira d’obscurcir sa vie. Son écriture s’en ressent et ses dernières œuvres sont plus critiques, dénonciation de la malhonnêteté, du pouvoir de l’argent, de l’impérialisme américain.
Il passe la dernière année de sa vie à dicter son autobiographie à sa secrétaire A.B. Paine. Elle sera publiée à titre posthume dans plusieurs versions différentes.
Quelques décennies plus tard Ernest Hemingway dira de lui : "Toute la littérature moderne américaine est née d’un livre de Mark Twain : Huckleberry Finn."

-Le Side wheeler (traction sur le côté) :



Molly Brown:
Chat de chester à dit:

Ben parlons de Molly Brown alors Wink



Déjà quelques petites photos de cette tristement célèbre femme :







la version Titanic :



Un peu d'histoire maintenant :

Molly brown


On l'a surnommée l'insubmersible

Mme J.J. Brown était très satisfaite de son voyage sur le vieux continent. Elle avait acheté plusieurs antiquités en Égypte, avait rencontré son ami John Jacob Astor, un des hommes les plus riches de l'époque, et avait rendu visite à sa fille, qui étudiait à Paris. Bien que de mauvaises nouvelles sur l'état de santé alarmant d'un parent aient écourté son séjour, elle avait eu de la chance, croyait-elle, de se procurer un billet pou rentrer aux États Unis sur le plus beau bateau qui soit, le Titanic.

Si le paquebot a coulé, celle qu'on a surnommée à la suite du naufrage l'Insubmersible Molly Brown a survécu. Embarquée dans le canot de sauvetage numéro 6, qui pouvait accueillir 65 personnes, aux côtés de seulement 24 femmes et 2 hommes, Mme Brown, vêtue d'un deux-pièces en velours noir, a tenu tête au maître de manouvre Robert Hichens. Celui-ci, craignant que les survivants en détresse, pris de panique, ne fassent chavirer le canot, refusait de retourner sur les lieux du naufrage. Pour aider les femmes à lutter contre le froid, elle leur a montré à ramer et leur a prêté son manteau de zibeline. Et quand Hichens a pris pour une étoile filante une fusée lumineuse lancée par un bateau qui venait à la rescousse des naufragés, elle l'a menacé de le jeter par-dessus bord (sans toutefois employer de pistolet, comme dans le film de 1964 qui porte son nom ). Après avoir pris le commandement de l'embarcation, elle a ordonné aux femmes de ramer et a conduit tout le monde en lieu sûr. Molly Brown a ainsi fait preuve d'un courage extraordinaire.

Née Margaret Tobin à Hannibal, au Missouri, en 1867, elle a un jour quitté son village pour se rendre à Leadville, une municipalité du Colorado en plein essor. ''Elle voulait trouver du travail et un mari fortuné'', raconte son arrière-petite-fille Muffet Brown, conceptrice-graphiste à Los Gatos, en Californie.

Elle y a fait la rencontre de James Brown, un prospecteur de 13 ans son aîné, à la faveur d'un pique-nique paroissial. Elle l'a épousé en 1886, sept ans avant qu'il trouve de l'or dans la Little Jonny Mine et commence à édifier sa fortune, qui allait atteindre 5$ millions.

Cependant, Molly ne pouvait supporter d'être confinée dans leur maison de Denver. Elle s'est alors mise à voyager en Europe, souvent en compagnie de leur fils, Lawrence, de sorte qu'elle maîtrisait plusieurs langues quand elle s'est séparée de James en 1909. Après le naufrage du Titanic, dans lequel elle avait perdu un collier d'une valeur de 325000$, Molly Brown a amassé des fonds pour les survivants non fortunés. Elle a également lutté pour que le droit de vote soit accordé aux femmes. Mais elle s'est avant tout démarquée par son grand courage lors de la tragédie. ''C'est la chance des Brown, disait-elle après le dramatique événement. Nous sommes insubmersibles. '' Elle est décédée d'une crise cardiaque en 1932.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:30

Mr Nounouche a dit:
Thierry c'est une très bonne idée ce sujet, car il va me permettre de caler des photos que j'avais prises il y a quelques années...

En 2002 je me suis rendu chez des amis à Hannibal, dans l'état du Missouri... En plus d'être une des villes de l'état dont est originaire Walt Disney, Hannibal est aussi la ville de naissance de Mark Twain. Comme vous devez tous le savoir, Mark Twain (en dehors du bateau qui porte son nom à DLRP) est l'auteur du livre "Tom Sawyer", qui est quasiment un roman quasiment autobiographique, enfin tout du moins très inspiré de son enfance, et de la ville de Hannibal.

Enfin pour en revenir à cette petite bourgade, je me promenais dans la rue (après avoir visité un superbe musée retraçant la vie de Mark Twain), et j'ai été frappé par l'aspect des boutiques, qui était architecturalement très proche de celles de Main Street.
Mais constatez par vous mêmes:



Maintenant, recentrons nous sur les éléments relatifs à Mark Twain et Tom Sawyer...

Voici la statue de Mark Twain, qui se trouve dans un jardin public dominant le Mississipi:


La maison d'enfance de Mark Twain, qui correspond quasiment à celle décrite dans Tom Sawyer (ce qui montre bien que c'était quasiment autobiographique):


Le petit tribunal communal dans lequel officiait le père de Mark Twain (Clemens était le vrai nom de Mark Twain, d'où le nom sur l'enseigne):


Autre petite référence directe à Hannibal : le bateau "Molly Brown" (l'un des deux bateaux de DLRP). C'est en référence à Margaret Tobin Brown, surnommée Molly Brown, qui était originaire de Hannibal et qui a fait partie des rescapés du Titanic, en plus d'être une contemporaine de Mark Twain.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:31

Les River rogue Keelboats:


Tout d'abord je souhaitais vous parler du roi de la rivière et capitaine incontesté des Keelboats en la personne de Mike Fink:

Mike Fink serait né vers 1770 à Fort Pitt près de l'actuelle Pittsburgh, en Pennsylvanie. Héros des mariniers, rude, farçeur, bagarreur et grand buveur, il parcourait sur sa barge les fleuves Ohio et Mississippi.

Après une jeunesse aventureuse au cours de laquelle il servit de guide aux explorateurs et lutta contre les Indiens, il rejoignit en 1795 les rudes équipages qui montent et descendent le Mississippi et l'Ohio sur des bateaux à quille.

Mike avait la réputation d'être un as du saut. Un jour, dit-on, il faillit enjamber d'un bond le Mississippi, mais lorsqu'il se rendit compte qu'il risquait de ne pas arriver sur la rive opposée, il parvint à faire demi-tour en l'air et à retomber à son point de départ.

Lorsqu'à partir de 1815 les bateaux à vapeur firent leur apparition, la vie sur les grands fleuves changea et les marins des temps héroiques se dispersèrent.

Fink reprit du service dans la prairie en 1822. Il fut tué peu après. Certains prétendent qu'inconsolable d'avoir tué son meilleur ami, il s'offrit volontairement aux coups d'un adversaire lors d'une escarmouche avec les Indiens sur les bords du Missouri.

çi dessous sa tombe située dans l'ouest de la virginie:
il décéda suite à une attaque avec les indiens d'où la présence à ces côté d'un indien dont le nom reste à ce jour inconnu:


pour en savoir plus:
http://xroads.virginia.edu/~hyper/detoc/sw/fink2.html
http://xroads.virginia.edu/~hyper/detoc/sw/fink1.html

parlons maintenant des Keelboats "River rogue Keelboats":


le keel boat tient son nom de la quille "Keel" lui permettant de Faciliter son entrée dans l'eau.Les keelboats possédaient des passages sur les côtés pour que les marins puissent propulser l'embarcation à l'aide de batons.Ils se tenaient à l'avant ,plantaient leur batons et avancaient jusqu'à l'arière ;et ainsi de suite.Comme on peut le costater sur la gravure çi dessus ils pouvaient utiliser également une voile
mais le vent étant peu présent le long du fleuve que les voilent était peu utilisé.
-Longueur :55 pieds
-Taille:129,75 pouces
-Largeur :8 pieds 6 pouces
-Poids à vide :7 tonnes
-Ébauche :20 pouces
-Coques :Cèdre Occidental
-Nervures:Chêne Blanc
-Quille:Cèdre Occidental
-Mât :Sapins Nordiques
-Source D'Énergie :Module de moteur: 425 livres-pied de couple à 1071 t/mn au propulseur. Transmission du modèle 5000A d'entraînement de velours avec la réduction de 2.8:1. 22 propulseur de lame de po. de diamètre quatre
avec le lancement de 19 pouces. Décortiquez la vitesse de 11,5 M/H avec la HP additionnelle pour réaliser 13,5 M/H
Déplacement chargé de 21000 livres
-Vitesse :La vitesse est approximativement 4-6 Miles/Heure ascendants et 10 Miles/Heure descendant .


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:31

Aujourd'huis je vous parlerais des geysers situés le long des rivers of the Far west inspirés de Mammoth Hot Springs situé au parc Yellowstone.



Les Geysers:
Les Geysers sont un phénomène géologique en rapport avec la thermodynamique classique .

le lave chauffe l'eau présente dans l'ancienne chambre magmatique . L'eau augmente donc en température . L'eau va s'évaporer et va donc faire augmenter la pression . Comme la chambre magmatique est un système quasiment fermé , la pression augmente et l'eau présente au fond de la chambre magmatique va vouloir s'échapper .
Quand la pression sera trop forte , l'eau va jaillir par les colonnes et quand la pression sera redevenue normal dans la chambre magmatique , le geyser va redescendre . Puis l'eau va réchauffer et va s'évaporer , la pression va augmenter , l'eau va rejaillir puis quand la pression sera redevenue normale l'eau va "redescendre" . Puis l'eau va réchauffer ... etc.


Sachez que les 2/3 des geysers de la planètes viennent de Yellowstone.
Yellowstone:
Le Parc national de Yellowstone (Yellowstone National Park) est situé aux États-Unis, à la frontière de trois états, l'Idaho, le Montana et le Wyoming.

Créé en 1872, Yellowstone est le plus ancien Parc national au monde et couvre 8 890 km². Il est célèbre pour ses phénomènes géothermiques ; il contient 2/3 des geysers de la planète, et de nombreuses sources chaudes. Il abrite de nombreux grands mammifères : ours noirs, grizzlys, coyotes, loups, élans (orignaux), ainsi que des troupeaux sauvages de bisons et de wapitis. Le parc constitue le cœur d'un vaste habitat naturel préservé, un des derniers écosystèmes intacts des zones tempérées.

Géologie:
Il y a environ 640 000 ans, une énorme éruption volcanique recouvrit de cendres (1000 km³) tout l'ouest des États-Unis, une partie du centre du pays, et s'étendit jusqu'à la côte Pacifique et au Mexique. Après ce cataclysme, il resta une immense caldeira, d'une taille de 55 sur 72 kilomètres. Ensuite, tous les 20 000 ans environ, des éruptions significatives apparaissent, la dernière remontant à 13 000 ans. Actuellement, les tremblements de terre y sont fréquents (on a enregistré 2300 séismes pour la seule année 2002), mais souvent d'intensité trop faible pour être remarqués par les visiteurs. Sous la caldeira se trouve une poche de magma qui contient des gaz liquéfiés par la pression. Suite à des mouvements de l'écorce terrestre, il arrive que la pression diminue et que les gaz se libèrent, entraînant éventuellement une réaction en chaîne et une explosion. On a ainsi qualifié Yellowstone de « Supervolcan », car ces phénomènes dépassent de loin les éruptions des volcans « classiques ». Heureusement, ce scénario catastrophe n'est pas d'actualité selon les estimations statistiques et les relevés sismographiques, mais les mécanismes géologiques exacts sont encore méconnus. L'activité sismique est naturellement suivie de près dans le parc de Yellowstone. Les scientifiques mesurent en permanence les mouvements du plateau, qui gonfle d'environ 1,5 cm par an. Un accroissement subit de cette vitesse de déplacement pourrait signifier un risque majeur, car elle serait synonyme d'instabilité du magma et de création de gaz.
Le nom du parc (Yellowstone, signifiant « pierre jaune ») provient des rochers que l'on peut voir dans le grand canyon de Yellowstone qui a été formé par les dernières glaciations, suivies de l'érosion de la rivière Yellowstone. Contrairement aux apparences, la couleur des pierres provient de l'altération hydrothermique du fer qu'elles contiennent, et non du soufre qui est également présent.

L'activité géothermique contribue à la renommée du parc. On recense actuellement 10 000 geysers et sources chaudes, soit 62% du total connu sur l'ensemble de la planète. Le plus célèbre geyser est Old Faithful Geyser (le « vieux et fidèle geyser »), et le plus grand au monde est Steamboat Geyser (le « geyser-bateau à roue »). Ce sont dans ces geysers que les scientifiques ont découvert une Eubactérie indispensable au génie génétique en particulier pour la PCR.

En 2003, une activité thermale inhabituelle a entraîné la fermeture de plusieurs chemins dans le bassin de Norris, qui est habituellement la zone thermale la plus active du parc.

Géographie:
La ligne de partage des eaux Pacifique/Atlantique traverse le parc de Yellowstone. Ainsi, la rivière Yellowstone et la Snake (rivière du serpent), qui ont toutes deux leur source dans le parc, s'éloignent dans des directions opposées : la première rejoint les eaux de l'Atlantique tandis que la Snake se dirige vers la côte Pacifique.

Le parc de Yellowstone est situé sur un haut plateau, à environ 2400 m d'altitude. Il est entouré par des massifs appartenant aux Montagnes Rocheuses, dont les sommets atteignent entre 3000 et 4000 m au-dessus du niveau de la mer : au nord-ouest la chaîne Gallatin, au nord les Beartooth Mountains, à l'est et au sud-est les Absaroka Mountains, au sud les Teton Mountains et à l'ouest le massif de Madison. Le point culminant du plateau est le Mont Washburn à 3122 m.

La gigantesque caldeira de Yellowstone se trouve au centre du parc ; elle est presque entièrement recouverte par des débris volcaniques, et est de ce fait difficilement observable. Une bonne partie du lac de Yellowstone se trouve à l'intérieur de la caldeira. Ce lac est le plus grand lac de montagne d'Amérique du Nord, avec 360 km². La présence de dômes de résurgence, qui sont soumis à une élévation variable selon les phénomènes géologiques (variation de 3 cm par an) entraîne des modifications dans la configuration du lac, avec des zones plus ou moins inondées selon les décennies.

Histoire:

On a retrouvé des traces de présence humaine datant de 12 000 ans. Cette région était nommée « Mitzi-a-dazi » par les indiens d'Amérique, pour qualifier la couleur des pierres jaunes que l'on trouvait dans le Grand Canyon. Ils utilisaient des gisements d'obsidienne pour fabriquer des outils tranchants et des armes. Des pointes de flèche taillées dans la pierre d'obsidienne de Yellowstone ont été retrouvées jusque dans la vallée du Mississippi, ce qui indique qu'il existait à cette époque des échanges commerciaux entre les tribus de Yellowstone et celles habitant beaucoup plus à l'est.

En 1806, un membre de l'expédition Lewis et Clark, appelé John Colter, quitta l'expédition pour rejoindre un groupe de trappeurs et fut sans doute le premier homme d'origine européenne à visiter cette région et à établir des contacts avec les tribus indiennes. Après avoir survécu à des blessures reçues lors de combats contre les tribus « Crow » et « Blackfoot » il livra une descrïption d'une région pleine de « feu et de soufre », que l'on mit à l'époque sur le compte du délire.

Jim Bridger, en 1857, revint d'une autre expédition dans la même région et raconta y avoir vu des sources bouillantes, de l'eau jaillissante, une montagne de glace et des pierres jaunes. Ce récit fut généralement ignoré, car Bridger avait la réputation d'être un affabulateur. Pourtant, son témoignage suscita l'intérêt de l'explorateur et géologue F.V.Hayden, qui monta une autre expédition en 1859 pour étudier le haut Missouri, avec Bridger comme guide, accompagné d'un géomètre de l'US Army, W.F.Raynolds. Le groupe s'approcha du Yellowstone mais ne put l'atteindre en raison de fortes chutes de neige. Le début de la Guerre de Sécession interrompit alors les recherches pendant 11 ans.

A l'initiative de l'état du Montana, l'expédition Washburn-Langford-Doane partit à la reconnaissance de la région en 1870 et commença, pendant un mois, à répertorier, cartographier et baptiser les lieux. Le responsable de l'expédition était le topographe Henry Washburn, accompagné par Nathaniel P. Langford (qui deviendra le premier surintendant du parc avec le surnom de « National Park Langford »), et de Gustavus Doane qui commandait un détachement militaire.

En 1871, Hayden dirigea une deuxième et plus importante expédition, cette fois-ci financée par le gouvernement. Il rédigea un rapport complet sur Yellowstone, comprenant des photos de W.H.Jackson et des illustrations de Thomas Morgan, ce qui incita le Congrès des États-Unis d'Amérique à protéger cette région. Le 1er mars 1872, le président Ulysses Grant signa le décret créant le Yellowstone National Park.

Langford occupa alors bénévolement pendant cinq ans la fonction de superintendant, et fut suivi par d'autres, qui travaillèrent avec des moyens très modestes. Le deuxième surintendant, Philetus Norris, réussit à obtenir un petit salaire et quelques subventions, qu'il employa notamment pour recruter Harry Yount, afin de contrôler le vandalisme et le braconnage dans le parc.

Mais devant l'insuffisance de moyens pour protéger ce site naturel, l'administration de Yellowstone fut confiée à l'armée à partir de 1886 et jusqu'en 1916, on l'on créa un corps de gardes civils spécifiques (rangers), sous l'autorité du National Park Service.

Au début du XXe siècle, les États-Unis construisirent une route de 225 kilomètres en forme de 8 permettant de relier les points les plus intéressants du parc. Le tracé définitif de la Grand Loop Road date de 1905.

Le parc de Yellowstone fut déclaré réserve internationale de la biosphère le 26 octobre 1976 et intégré au patrimoine mondial de l'UNESCO le 8 septembre 1978.

Durant l'été 1988, particulièrement sec, des incendies causés par la foudre ravagèrent de grandes zones du parc. Des milliers de pompiers essayèrent de contenir le feu pour protéger les habitations. Mais on accusa les pouvoirs publics ne pas avoir eu la volonté d'éteindre complètement les foyers, qui restèrent en activité jusqu'aux pluies automnales. Certains écologistes affirment en revanche que les incendies sont un phénomène naturel qu'il ne convient pas d'entraver. De fait, peu d'animaux de grande taille furent victimes des incendies. Les arbrisseaux repoussèrent spontanément, on redécouvrit quelques panoramas intéressants et de nouvelles découvertes géologiques et archéologiques virent le jour. De nos jours, le National Park Service allume volontairement quelques incendies circonscrits, afin de prévenir une catastrophe de l'ampleur de celle de 1988.

Biologie et écologie:
On a récemment réintroduit les loups dans le parc, après qu'ils eurent été chassés et qu'ils eussent disparus de la région dans les années 1930. À cette époque, le coyote était devenu le prédateur principal du parc. Mais il n'était pas assez fort pour réguler les espèces, incapable de chasser les grands animaux, ce qui entraînait dans cette population une extension anormale des individus vieillissants et malades. Depuis la réintroduction du loup dans les années 1990, la tendance s'est inversée, mais ils sont craints par les éleveurs de bétail, qui redoutent de les voir proliférer et s'attaquer à des animaux domestiques. De fait, cela arrive parfois, mais les propriétaires de ranchs sont indemnisés, bien qu'il leur soit souvent difficile de prouver qu'il s'agisse de loups plutôt que de coyotes ou de chiens sauvages. Le statut d'espèce en danger a été interrompu, ce qui autorise les fermiers à abattre les loups qui s'attaquent aux troupeaux.

Les bisons sont également un sujet d'inquiétude pour les éleveurs, qui ont peur d'une transmission de maladies bovines vers les troupeaux. En fait, près de la moitié des bisons a été infectée par la brucellose, une maladie bactérienne qui peut notamment provoquer des avortements pour le bétail (et est potentiellement transmissible à l'homme). Néanmoins, on n'a remarqué que peu d'effets chez les bisons et les élans qui sont également des porteurs sains. Aucun cas de transmission à l'homme ou à un animal domestique n'a été signalé jusqu'à ce jour. Des précautions sont naturellement prises : les troupeaux d'animaux sauvages sont surveillés ; lorsqu'ils sortent du parc, ils sont raccompagnés ou abattus. Les associations de protection des animaux s'élèvent contre ces mesures qu'elles jugent inutiles et cruelles, et sont en opposition avec les représentants des éleveurs sur ces questions de sécurité.

Le Yellowstone est un sanctuaire pour les bisons, sauvés de l'extinction : il en reste environ 4 000 dans ce parc.

Informations touristiques:
Yellowstone est un des parcs les plus visités des États-Unis, regroupant plusieurs centres d'intérêt naturels. Il est habituellement ouvert du 1er mai au 31 octobre et reçoit deux millions et demi de visiteurs chaque année. Il est sillonné par 400 km de routes et 1600 km de sentiers.

L'entrée dans le parc coûte actuellement pour une durée de 7 jours en fonction du véhicule:

Voiture personnelle non commercial : 20$
Randonneur ou à vélo : 10$
Moto : 15$
A partir du 1er mai 2006, les tarifs seront de 25$ pour une voiture, 12$ pour un randonneur ou à vélo et de 20$ pour une moto. Ces frais d'entrée permette de visiter le parc de Yellowstone ainsi que le parc national du Grand Teton situé juste à la sortie sud du parc.

L'accès au parc s'effectue par l'une des 5 entrées:

Entrée nord à partir de Gardiner (Montana) menant directement à Mammoth Hot Springs
Entrée nord-est à partir de Silver Gate (Montana) menant à Tower Roosevelt
Entrée est à partir de Cody (Wyoming) menant au lac Yellowstone et à Fishing Bridge, Lake village et Bridge Bay
Entrée sud à partir du parc national du Grand Teton (Wyoming) menant au lac Yellowstone, à Grant Village et West Thumb
Entrée ouest à partir de West Yellowstone (Montana) menant à Madison.
Les lieux les plus intéressants et les plus fréquentés sont reliés par le Grand Loop Road, route parcourant tout le parc.
On peut y trouver des geysers, des fumerolles, des sources d'eau chaude, un grand canyon, des forêts et des espaces sauvages, ainsi qu'un grand lac. On y pratique le kayak, la randonnée, la pêche de la truite à la mouche (toujours en les relâchant, no-kill intégral obligatoire). On peut y observer les bisons, les élans, les wapitis et les mouflons. Il y a également des cougars (lions des montagnes), des loups et des coyotes, mais leur observation est plus rare.

Cependant, la présence géothermique dégage une importante odeur de soufre, et il est conseillé aux visiteurs ayant des problèmes respiratoires de consulter un médecin avant de s'y rendre. D'autre part, les hivers sont rigoureux dans cette région des États-Unis et certaines routes ferment en cette saison.

Les incendies sont également malheureusement fréquents, et l'on doit se renseigner sur les risques en cours avant de prévoir un voyage. On distingue cinq zones dans le parc : Mammoth Country, Roosevelt Country, Canyon Country, Lake Country et Geyser Country.
Pour en savoir plus:
http://theusa.free.fr/yellowstone.htm
liens vers photos:
http://www.fairyengine.com/photos/yellow-mammoth0509_fr.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:32

Aller,encore un petit sujet sur 2 espèces animalières particulières que l'on retrouve le long des rivers of the Far west.

les Orignaux:



Nom français : Orignal
Nom anglais : Moose
Nom latin : Alce Alces
Classe : Mammifères
Ordre : Artiodactyles
Famille : Cervidés
Taille : 1,5 à 2,5 m
Poids : 200 à 825 kg
Longévité : 20 ans

-Descrïption physique :

Ses poils passent des teintes de noir au brun clair. En hiver, ils deviennent grisâtres. Ses pattes sont plus claires que le corps. Le museau avancé lui facilite la tâche pour aller chercher la broussaille. Grâce à ses longues pattes, l'orignal peut patauger dans les lacs et les étangs. Il est également un bon nageur. Il aime plonger dans l'eau ou se rouler dans la boue pour vaincre les mouches. Le mâle a des bois qui poussent à la mi-été et qui tombent en novembre. Plus il est vieux, plus son panache est gros.

-Moeurs et Habitat:

L'orignal vit en Amérique du Nord et en Asie. on le retrouve surtout au Canada et en Alaska. En été, l'orignal vit en solitaire dans des milieux ouverts et près des cours d'eau, surtout les étangs et les marécages. il va préférer les boiser modifier (parcs nationaux) et les jeunes forêts. Quand vient l'hiver, il se tient en bande dans des régions dévastés (par la nature ou l'homme) où ils peuvent habiter et trouver de la nourriture.

-Reproduction:

Il atteint sa maturité sexuelle à 28 mois. Normalement, il choisit qu'une femelle. Pendant la période d'accouplement, les mâles perdent la notion du danger. Il sont attirés par les cris de la femelle en chaleur. L'orignal est vivipare. Le temps de gestation dure de 226 à 264 jours. La femelle peut avoir jusqu'à 3 bébés. Les petits peuvent suivre leur mère pendant toute une année.

-Alimentation:

L'orignal est herbivore. il mange des feuilles, de l'herbe, d'écorce d'arbre et des champignons. Il aime aussi les plantes aquatiques (nénuphars et sagittaire). En hiver, il se nourrit d'aiguilles de conifères et d'écorce de bouleaux blancs. Il mange de 20 à 30 kg par jour.

-Saviez-vous que...

À la course, il peut atteindre une vitesse d'environ 45km/h !

L'orignal a une faible vision mais un odorat super développé !

L'orignal est le plus gros cervidé au monde !

En algonquin, Moose veut dire mangeur de branche !

Malheureusement, nous sommes le plus grand prédateur de l'orignal.

site sur l'orignal:
http://perso.wanadoo.fr/alain.perron/orignal.htm

photos de l'orignal:
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=moose&sa=N&tab=wi


Passons maintenant à notre confrère Hurleur en la personne de monsieur le Coyote :


Le Coyote est un animal particulièrement méconnu que l'on peut facilement confondre avec un gros chien ou un loup. Il a été traqué sans relâche, après avoir été accusé à tort de massacrer des troupeaux de bétail.
Actuellement, profitant de l'extermination de son rival le loup, il prolifère largement et a reconquis l'Amérique du Nord et Centrale.

Caractéristiques:

Classification

Classe : Mammifères
Ordre : Carnivores
Famille : Canidés
Nom latin : Canis latrans

Mensuration

Longueur : 1.00 - 1.50 m avec la queue
Poids : 10 à 20 kg

Aspect physique

Généralement de couleur fauve (brun-rouge) pour le haut et les pattes, sa fourrure est plutôt blanche sur la gorge et le torse. La queue est grande (30 cm), touffue avec une extrémité noire. Le Coyote perd ses poils 1 fois par année vers le printemps.
Particulièrement reconnaissable grâce à ses oreilles en pointes dressées, sa queue tombante, son museau long et mince avec une truffe noire et ses petits pieds. Ces derniers ont 4 doigts à l'avant et 5 à l'arrière.

Habitat et distribution

Autrefois, on ne trouvait le Coyote que dans les grandes plaines de l'ouest des Etats-Unis. Son habitat s'étend maintenant depuis toute l'Amérique du Nord jusqu'à une partie de l'Amérique Centrale (en gros, de l'Alaska au Costa Rica).

Nourriture

Le Coyote se nourrit de manière extrêmement variée. Ainsi son repas se compose principalement de petits mammifères, mais aussi d'oiseaux, de poissons, de fruits, voire exceptionnellement d'insectes.

Performance

Pour chasser, il dispose d'une vitesse élevée (+ de 50 km/h) et peut faire des sauts de 3-4 mètres. Sa vue peu développée est compensée par une excellente ouïe et un odorat extrêmement fin. De plus, c'est un excellent nageur.

Vie sociale

Celle-ci est principalement basée sur l'unité familiale. Ainsi les Coyotes vivent en couple tout en protégeant les éventuels petits. Certains groupes sont composés d'une femelle non reproductrice, d'un mâle célibataire et de jeunes Coyotes arrivant à maturité.

Reproduction

Le mâle est généralement monogame. Il s'accouple avec la femelle une fois par an. La période de gestation dure environ 65 jours. Les naissances interviennent généralement au printemps dans un terrier aménagé. Le nombre de petits dépend de l'abondance de nourriture autour de la tanière; en général, cela varie de 1 à 20 petiots. Les nouveau-nés pesant 250 gr sont démunis et aveugles pendant quelques jours. Après 8-12 mois, ils sont aussi grand que leur parent. La maturité sexuelle est atteinte au bout d'1 an. L'espérance de vie est de 8 à 15 ans.

Prédateur

Le Coyote a peu de prédateur naturel. Il est rapide et malin, donc il échappe facilement à ses ennemis. En général, il meurt à la suite de maladies diverses ou de vieillesse. Ce sont surtout les petits qui sont la proie des autres grands animaux (lion des montagnes, loup, aigle, faucon et même d'autres Coyotes !) qui peuplent les mêmes régions.

Statut actuel

Bien entendu, le Coyote souffre légèrement de la chasse que l'homme lui fait subir pour sa fourrure. Il n'y a pas si longtemps, il a failli s'éteindre, étant massacré car on le tenait pour responsable des hécatombes perpétrées parmi les vaches, moutons, poulailler etc... Actuellement, il prolifère largement, car les griefs du genre humain se sont tournés vers le Loup qui est à son tour menacé de disparition.

Images complémentaires:
http://images.google.fr/images?svnum=10&hl=fr&lr=&q=coyote&sa=N&tab=wi


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:33

Aujourd'huis je vous parlerais de la boutique Tobias Norton & Sons - Frontier Traders:



Aprés de nombreuses recherches je n'ai malheureusement pas réussi à retrouver la Trace de Tobias Norton point de vue histoire des états unis (il semble ne pas avoir existé).
Cependant ce que je peut vous confier c'est que Tobias Norton vient du Film Davy Crockett roi des trappeurs;son personnage était joué par l'acteur William Bakewell.
Brefs dans le film on apprend que Tobias Norton était un major de l'armée américaine et responsable,entre autre,des nombreux volontaires du Tenessi dont Davy Crockett faisait parti.Ce même major étant ,en ce qui le concerne,sous les ordres du général Andrew Jackson (le général ayant existé tout comme Davy Crockett).


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:33

passons maintenant à la boutique Bonanza Outfitters :



Bonanza :
Bonanza est une série télévisée américaine en 430 épisodes de 45 minutes, créée par David Dortort et diffusée entre le 12 septembre 1959 et le 16 janvier 1973 sur le réseau NBC. En France, la série a été diffusée à partir du 6 janvier 1965 sur la première chaîne de l'ORTF.

Cette série, qui connut un succès considérable aux États-Unis, fut l'occasion de découvrir de nombreux jeunes acteurs comme Jodie Foster, Leonard Nimoy, Kate Jackson, Stefanie Powers... et particulièrement Michael Landon qui, quelques années plus tard, deviendra le héros de La Petite Maison dans la prairie.

Cette série met en scène les aventures mouvementées de Ben Cartwright et de ses trois fils qui dirigent un ranch, le Ponderosa, dans le Nevada au milieu du XIXe siècle.

Distribution:
Lorne Greene (VF : Jean Michaud) : Ben Cartwright
Pernell Roberts : Adam Cartwright (1959-1965)
Dan Blocker : Eric « Hoss » Cartwright (1959-1972)
Michael Landon : Joseph « Little Joe » Cartwright
Victor Sean Young : Hop Sing
Ray Teal : Sheriff Roy Coffee (1960-72)
Mitch Vogell : Jamie Hunter-Cartwright (1970-73)
David Canary : « Candy » Canaday (1967-1970, 1972-1973)
Tim Matheson : Griff King (1972-1973)
Bing Russell : Député Clem Foster (1962-1973)
Lou Frizzell : Dusty Rhoades (1970-1972)
Harry Holcombe : Doc Martin (1968-1973)
Slim Pickens : Marshall
Remo Pisani : Bartender (1968-1970)

liens complémentaires:
http://bonanza1.com/guide/

http://www.geocities.com/TelevisionCity/Network/3242/bonanza.html


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:34

aujourd'huis je poursuis avec la boutique Bonanza outfitters située dans l'enceinte du Thunder Mesa Mercantile Building où l'on peut apercevoir cette affiche publicitaire:


Hall's hair renewer:


La première chose que l'on remarque en regardant l'affiche c'est que le produit est disponible chez l'apotiquaire de Thunder Mesa.
La seconde est ,en voyant les deux portraits situés à gauche et à droite c'est qu'il s'agit de lotion Capilaire ventant la repousse des cheveux (portraits avant et aprés usage).
mais peut on en savoir plus ?
Cette lotion était vendue par un dénommé Ruben P Hall de Nashua ,New Hampshire.Il a commencé à commercialiser ces bouteilles avec des étiquettes de qualités exeptionelles vers 1860. Le produit fut revendu ,par la suite,à son principal concurent en la personne de J.c. Ayer en 1870 et un copyright fut déposé en 1876 concernant ce produit indiquant que celui çi fut commercialisé depuis 1866.Les Nombreuses similitudes entre les deux produits et leurs bouteilles c'est que la société de production était la même.
Selon Richard E. Fike (auteur du livre "The Bottle Book," Peregrine Smith Books, Salt Lake City, 1987 )les commandes de ce produit ne firent que diminuer ,et ce,jusqu'en 1930 date à laquelle elles ont été retiré du marché.Une publicité parue dans le "Munsey's Magasine" prouve donc que ces étiquettes furent utilisés,au moins ,jusqu'à cette date.
Voici quelques photos complémentaires de cette fameuse lotion:


Pour plus de photos:
http://images.google.fr/images?q=hall's%20hair%20renewer&hl=fr&sa=N&tab=wi


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:35

passons maintenant au fameux Lucky Nugget saloon


L'origine du lucky Nugget saloon se traite en 2 partie "le nom" et "le batiment"

Le nom:
"Lucky nugget" est en fait le nom d'un saloon que l'on trouve dans le film Disney "The adventures of Bullwhip Griffin"


http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=109349.html

Le saloon:
l'intérieur du saloon ,quand à lui est la réplique du Golden Horseshoe revue de Disneyland Anaheim dont vous trouverez de nombreux détails sur ce site:
http://www.jansworld.net/golden_horseshoe_pages/gh_revue.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:36

Le Chapparal Theater:


On pourrait traduire le terme Chaparral par territoire.
Le Chaparral Theater était,à l'époque d'euroDisney Un espace pour spectacle non couvert (avec en décors de fond,à un moment donné,une réplique de village western)qui conservais le nom chaparral mais s'intitulais Chaparral stage .Le premier spectacle qui fut produit sur cette scène fut le spactacle "Country Hoedown" mettant en scène Davy Crockett,Les country bears,ainsi que musiciens cowboys & cowgirls.


Le Chapparal Theater s'inspire ,point de vue nom,de la célèbre Série intitulée "The High Chaparral":
Le "Grand Chaparral" est le ranch de Big John Cannon, gros élever lu à Tucson, Arizona. Il vit avec son fils Billy "blue", sa seconde femme, une Mexicaine de bonne famille nommée Victoria, le frère de cette dernière, Manolito, et son propre frère, Buck, toujours célibataire grâce au poker et au whisky.

Cette famille devra affronter les hors-la-loi et, surtout, les Apaches de Cochise qui accepte mal la venue des blancs sur son territoire. La série a parfaitement fonctionné aux États-Unis puisque Leif Erickson et Cameron Mitchell sont devenus de véritables stars.

pour en savoir plus sur cette série et avoir plus de photos:
http://doncollier.com/photohc.htm
http://www.thehighchaparral.com/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:36

Passons maintenant au cottonwood creek ranch abritant le Cowboy cookout barbecue ainsi que l'espace animalier situé entre le batiment et la gare de Frontierland.



Le nom Cottonwood vient en fait des peupliers de virginie plantés autour du batiment.

Cottonwood - peuplier de Virginie
Un arbre dont les fleurs laissent dériver un duvet plumeux

Le peuplier de Virginie ou peuplier noir d'Amérique, peuplier deltoïde ou liard (Canada) (Populus deltoides (Bartr.) Marsh.) est un peuplier dont les feuilles sont triangulaires (comme un delta majuscule) d'où son nom.

Caractéristiques:

-Organes reproducteurs :
Type d'inflorescence : épi simple
Répartition des sexes : dioïque
Type de pollinisation : anémogame
Période de floraison : mars à avril

-Graine :
Type de fruit : capsule
Mode de dissémination : anémochore

-Habitat et répartition :
Habitat type : bois caducifoliés médioeuropéens, hydrophiles
Aire d'origine : Est de l'Amérique du Nord

Le batiment:

la "grange" s'inspire des fermes constuites par les communautés amish.
lien vers d'autres photos des fermes amish:
http://images.google.fr/images?hl=fr&q=amish%20barn&btnG=Rechercher&lr=lang_fr&sa=N&tab=wi

Quand à l'interieur du restorant il a été concu avec des chaises ,tables et autres objets divers et variés apportés ,selon la légende du parc,par les nombreuses familles amish.

Les amish :

Aux États-Unis d'Amérique (Pennsylvanie), William Penn, fondateur de la Société des Amis de Dieu, plus connue sous le nom de Quakers, accueille tous les réprouvés à la seule condition qu'ils tolèrent les autres. Il accueille donc les Amish, dont les origines se retrouvent en 1693 à Sainte-Marie-aux-Mines lorsqu'un évêque, Jacob Amman (1644-1730), quitte, pour des raisons de divergences théologiques, la branche suisse des Mennonites après avoir tenté de mobiliser les frères d'Alsace pour une vie plus simple. En 1712, Louis XIV tente de les déplacer. La trace de Jacob Amman se perd mais on retrouve les frères aux États-Unis d'Amérique.

Ces communautés (18000 personnes, environ, en Pennsylvanie mais 40000 en Ohio, Indiana, et Ontario au Canada) ont été popularisées par le film Witness. La première règle est Tu ne te conformeras point à ce monde qui t'entoure

Organisation:
Les congrégations sont dirigées par un consistoire d'Anciens. Les femmes n'ont pas voix au chapitre. Ils vont vêtus de noir ou de bleu foncé. La coquetterie, chez les hommes, consiste à avoir une chemise à rayures. Ils se font pousser la barbe dès le mariage. Les femmes portent une coiffe proche de la quichenotte du pays vendéen. L'idéal de tous consiste à être modeste.

Pas de sécurité sociale ni de cotisation à la retraite : l'entraide et la solidarité suppléent à tout cela. Les familles ont de 8 à 10 enfants. Il arrive que le père transmette la ferme à l'aîné dès le mariage. Le père se transforme alors facilement en sculpteur artisanal et fabrique de petits objets artisanaux en bois, ou en tisserand.

Les Amish, une Église mennonite qui vit comme au XVIe siècle :

voitures à cheval, le buggy,
pas de tracteurs, les labours se font à l'attelage
pas de réfrigérateur ni de congélateur, quoique... on commence à voir installer parfois un congélateur collectif dans un hangar, ou encore on va porter des produits à garder chez des voisins non amish,
pas d'engrais chimique : agriculture biologique
pas d'impôts : ils sont exemptés.
Ils ouvrent néanmoins des magasins en ville où l'on peut se procurer l'artisanat amish, principalement les couvertures quiltées et autres objets d'artisanat. Ces magasins, par exception, sont branchés sur l'électricité.

Éducation:
L'école primaire est assez proche pour que les enfants puissent y aller à pied. Des écoles secondaires ont été installées. La formation est surtout agricole dans le but que les jeunes reprennent la ferme du père. A l'âge de 18 ans, les jeunes sont envoyés dans le monde moderne jusqu'à 21 ans. Après avoir essayé la vie moderne, ils ne rentrent dans les communautés que s'ils veulent demander le baptême (nommé rumspringa) et vivre la vie austère d'agriculteurs des XVIe - XVIIe siècles. Seuls 10 à 15 % se décident pour la vie moderne.

Langage:
La plupart des familles Amish parlent une version d'Allemand connu comme étant l'Allemand Pennsylvanien (Deitsch) à la maison. Le terme le plus utilisé "Pennsylvania Dutch" vient du mot Dutch, qui réfère à toutes les personnes qui parlent un des nombreux dialectes Germano–Danois et pas seulement les personnes du Pays-Bas.

Plusieurs courants:
Le Vieil Ordre Amish parle un dialecte haut allemand, le Pennsylvania Dutch, strictment agriculteurs.
En 1864 en Indiana, un schisme se produit sous la direction de l'Ancien Henry Egli. Ils parlent anglais et envoient leurs enfants à l'École du Dimanche au lieu de donner l'instruction religieuse en famille. Ils proscrivent les bijoux, le tabac, l'alcool. L'anglais provoque des rapprochements avec d'autres mennonites.
La Conférence des Amishs Mennonites Conservateurs , schisme libéral, se rapproche du monde.
En 1923, les beachy Amish, schisme sous la direction de Moïse M. Beachy, reçoivent aussi bien des Conservative Amish que des gens attirés par un rapprochement avec le monde moderne avec l'usage de l'électricité, des automobiles, des édifices du culte.
Ils vinrent faire une mission (1980-1985) en Allemagne, en Belgique et en Alsace : ce fut un échec. Les Amish voulaient imposer aux sympathisants non encore baptisés de ne pas avoir de télévision chez eux et les alsaciennes supportaient mal le port de la coiffe blanche. 25 personnes étaient intéressées par le genre de vie du Old Order alors que les beachy-Amish proposaient une certaine modernité. Bilan : 3 baptisés.

À part cette mission, organisée pour le tricentenaire des Amish, ils ne font aucun prosélytisme.

pour en savoir plus sur les amish:
http://www.thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=Q1ARTQ0000071
http://www.patchwork-europe.com/cep02b.html

et comme il n'y a pas de restaurants sans collations voici quelques recettes de douceurs amish:
http://boitearecettes.infinit.net/public/autres_sections/amish/a-list.htm


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:37

aujourd'huis je vous parlerais de Smuggler's cove "La crique des contrebandiers":


Tout d'abord sachez que les keelboats ainsi que la smuggler's cove s'inspire du film Davy Crockett et les pirates de la rivière.
Sachez également que ,dans la réalité,Un pirate et contrebandier Français offiçiant en louisiane (lieu d'apparition des pirates de Davy Crockett portait le nom de Jean Lafitte.

Jean Lafitte:
500$ de récompenses furent proposés par le Gouverneur de Louisianne, en 1813,pour la capture "mort ou vif" du pirate Français et contrebandier Jean Lafitte qui ,à son tour,retourna l'offre se portant à 5000$ pour la tête du gouverneur.

Durant la guerre de 1812,les Anglais offrirent à Lafitte le pardon si lui et ces pirates acceptaient de se joindre à leur côté pour affronter les américains à la nouvelle orléans.
Au lieu de celà Lafitte avertissa les Américains de ce projet d'attaque et devint un héros de guerre.à ce jour de nombreuses histoires parlent encore de trésors cachés et apparitions fantômatiques dans les marécages ainsi qu'aux alentours de sa Blacksmith boutique situé au coeur du quartier Français.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:38

Aujourd'huis je vous parlerais de la gallerie de tir "Rustler roudup shootin'gallery"(gallerie de tir du rassemblement des voleurs de bétails).




Cette gallerie de tir rendant hommage aux voleurs de bétails me permet d'évoquer une légende du vieil ouest en la personne de CATTLE KATE :
De son vrai nom Ella Watson,Cattle Kate était une prostitué ,et propriétaire dans le Montana,qui croisait le chemin des cowboys.
Kate fut pendue en 1889 lors d'un lynchage à Sweetwater parce qu'il fut dit qu'elle se faisait payer ses faveurs avec du bétail volé.Un incident qui aboutit à la guerre du conté de Johnson mélant riches et petits propriétaires fonciers.

Voici un lien vers d'autres légendes et fines gachettes du vieil ouest:
http://www.americaremembers.com/products/LOWTRI/LOWTRI.asp


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:39

Suite de nos aventures 20000 lieues sous DLRP avec Phantom manor:



Cette attraction utilise de nombreux effets spéciaux en voici quelques uns.

Le premier est le système de déplacement Omnimover qui offre un déplacement silencieux et en douceur permettant une bonne écoute des effets sonores.
Le second est l'utilisation d'audio-animatronics.
Voici les autres effets spéciaux par ordre d'apparition.

La salle d'entrée qui s'allonge, la salle étirante, est un ascenceur spécialement conçu par Otis. Il n'est pas monobloc et ressemble à celui installé sous la pyramide du Louvre. Les papiers-peints et décos des murs sont enroulés lorsque l'ascenseur est en position haute. Chaque attraction possède deux de ces ascenseurs.

Le corridor des portraits et des bustes utilise des dessins réalisés par Marc Davis, qui selon l'angle de vue changent d'aspect. Pour les portraits, c'est l'utilisation d'une double peinture qui donne cet effet. L'une des peintures contient des matières sensibles aux ultraviolets. Des lampes spéciales permettent de passer d'un éclairage à l'autre par une lente transition. Mais ce n'était pas le cas à l'ouverture de l'attraction. Le changement se faisaient par flashs brusques. Pour les bustes c'est un procédé (breveté par Disney, numéro 5407391 de l'office des brevets américains). Les bustes sont représentés de façon négative mais très précise et sont éclairés par devant, le reste étant totalement noir. L'illusion d'optique ainsi créée fait croire au cerveau que le buste est en relief et si l'on se déplace l'image semble dirigée vers l'observateur.

Ensuite les visteurs doivent embarquer dans l'un des doombuggies, un omnimover

Le couloir sans fin est un vrai long couloir mais en raison de la présence de miroirs semble être plus long encore. Le couloir est découpé en plusieurs sections séparées par des miroirs semi-réfléchissant. Cela permet de donner l'impression qu'un candelabre flotte par étapes jusqu'à ce que la mariée défunte soit visible, au loin en train de le tenir dans la main. La salle suivante présente un cercueil disposé dans une veranda-serre prévue à l'origine plutôt pour les fleurs. Le cercueil s'entrouvre, poussé de l'intérieur par des mains de squelettes. C'est un simple audio-animotronics, comme les portes qui suivent.
La scène suivante évoque une scéance de spiritisme dans une véranda du manoir, c'est la Séance de spiritisme de Mme Léota. Dans une sphère en cristal posée sur une table en mouvement, la tête de Madame Léota est visible. Elle annonce la malédiction du lieu. Cet effet spécial utilisa jusqu'à la fin des années 1980, un système de projection à 90° d'un film à travers les parois de la sphère sur la surface d'un visage de couleur neutre. Le visage projeté est celui de Leota Toombs une imagineer maquettiste. La voix est celle d'Eleanor Audley. A la fin des années 1980, la technologie numérique a permis de remplacer le film d'une minute projeté en boucle par un système de disque laser vidéo. Un système par fibre optique amenait l'image jusque dans la sphère. Cela résolut de nombreux incidents de bandes cassées. Juqu'en octobre 2001, le système projetait l'image sur les parois de la sphère depuis l'intérieur de la tête. Mais ce système affaiblissait la qualité de l'image restituée. L'image est donc actuellement amenée par fibre optique depuis le disque laser jusque devant la sphère et projetée sur la tête depuis l'extérieur. Chacun de ces systèmes a été breveté par Disney.
La salle de bal utilise la technique dite des fantômes gris (Pepper Ghost) inventée pour les besoins du cinéma :
Une salle vide est montrée au public depuis un espace surélévé. Une vitre placée en oblique sépare la salle en deux et offre une surface de réflection. Une partie de la salle est décorée avec les accessoires désirés. Sous les visiteurs une salle contient des personnages disposés comme s'ils étaient dans la salle mais de façon symétrique. Ici ce sont des audio-animatronics éclairés par intermittence pour simuler leurs apparitions-disparitions. L'image des personnages est réfléchie sur la paroie vitrée.

Ensuite la "visite" se poursuit par la traversée d'un cimetière très peuplé, essentiellement d'audio-animatronics. Cette partie se découpe en plusieurs zones : les catacombes, la ville fantôme et le canyon du Fantôme.

A la fin un couloir décoré de miroirs sur un côté permet, de se regarder mais une surprise apparaît au dessus de la tête des visiteurs en la personne d'un squelette (ou fantôme) sur chacun des dommbuggies.

La descente du véhicule se fait dans une salle située à côté et au dessus de celle d'embarquement, d'où l'impression d'apparition depuis le plafond dans cette dernière. Ensuite le visiteur sort par le sous-sol du manoir, en bordure de la rivière. Certaines versions de l'attraction étendent le monde fantasmagorique par un petit cimetière.
@rnrc10 a écrit:
Chez nous, nous avons une pièce qui s'appelle the conservatory, où un pianiste invisible joue du piano, et non pas la venranda avec le cerceuil et son occupant qui tente d'en sortir.
Ainsi que par exemple :
La vitre de la Ballroom n'est pas inclinée, mais tout simplement droite.
L'Endless Hallway a une description + ressemblante a l'Endless des HM que celle de notre PM !
etc...
- Dans les Stretchrooms, en position haute, il n'y a que les tableaux ( et éventuellement les suppléments de tableaux, à vérifier ) qui sont enroulés, pas la totalité du papier-peint.
- Pour les Morphings Portrait, l'effet n'est pas crée par un procédé de réaction aux ultra violets .... Ce sont juste 2 projecteurs affichant simultanément les 2 tableaux différents.
- Il y a encore la confusion présente entre notre Conservatory, et celui présent dans les Haunted Mansions. Chez nous, il y a un piano dont les touches sont enfoncées par un fantôme, dont on distingue l'ombre au sol . Pas le cercueil avec le fantôme qui tente de s'en échapper !
- Dans le Ballroom, la vitre n'est pas placée à l'oblique. Si elle l'était, on verrait le reflet du plafond. Elle est tout simplement verticale, rien de plus, rien de moins ! Ce qui fait que le schéma est par la même occasion faux !



-Leota Thomas :



Leota Thomas (nee Toombs)est une employée de WED enterprises (maintenant Walt Disney Imagineering).
Elle est surtout connu pour son visage de Madame Leota (La tête qui s'exprime dans la boule de Crystal)
La voie du personnage (VO) est cependant celle de l'actrice Eleanor Audley
Le principe de Madame leota et de projeter un film digital sous forme de loop.
On peut cependant revoir Leota Thomas dans une autre scène
située juste aprés notre descente des doombuggies à proximité de la porte de sortie.La mariée à cet emplacement n'est autre que Leota sans maquillage disant"Hurry back, hurry back,"il s'agit là de la voix de Madame Thomas.
Madame thomas est également imortalisé sur une tombe crée par l'imagineering qui rendit hommage à de nombreux imagineer;
avec en ce qui la concerne cette inscrïption:

Dear sweet Leota
Beloved by all
In regions beyond now,
But having a ball

L'autre trucage génial du manoir hanté est l'apparition de la tête animée de « Madame Leota » dans une boule de cristal posée sur un guéridon. Cette tête parlante mérite la palme du fantôme le plus original. Leota Thomas, la créatrice des costumes de l'attraction, lui a prêté son visage pendant les premiers tests des effets spéciaux.
Elle a si bien joué le rôle que son visage apparaît encore aujourd'hui devant les visiteurs stupéfaits ! Là encore, il ne s'agit pas d'un hologramme. La boule de cristal contient un écran dépoli qui a la forme d'un visage féminin. Il est entouré par une perruque blanche qui masque l'arrière du dispositif : un miroir incliné à 45°. Un projecteur de cinéma est placé sous la boule et projette sur le miroir les images du visage d'une comédienne aux yeux et à la bouche fortement soulignés de maquillage. Cette projection se reflète sur le miroir et vient s'encastrer dans l'écran en forme de visage.
Lorsque l'on regarde l'effet produit à l'extérieur de la boule, on jurerait voir un visage en trois dimensions qui s'anime.

Leota fit également une apparition dans un film datant de 1988 intitulé Not since Casanova ( http://www.imdb.com/title/tt0095755/fullcredits )
-Vincent Price :


Né le 27 mai 1911 à St Louis, Missouri, le jeune Vincent voyagea beaucoup à travers l'Europe avant d'étudier à la glorieuse université de Yale, puis ensuite à Londres, aux Beaux-Arts. En 1935 il fit ses débuts en tant qu'acteur, à Broadway, pour une version de Chicago. Très vite il se fit repérer par Universal qui l'engagea et le fit tourner dans son premier film en 1938 : Service de Luxe, une comédie aujourd'hui oubliée, et qui ne connut même pas le succès à cette époque. Ce fut le début d'une longue carrière cinématographique. Pourtant suite au film, il repartit travailler à Broadway. Il faut dire qu'Universal le cantonnait dans des seconds rôles pour des films sans envergure. En 1940 son contrat prit fin et il signa pour la 20th Century Fox, où il débuta par des films historiques, Brigham Young - Frontiersman, et Hudson's Bay. Sans grand succès non plus. Il retourna à Broadway pour une pièce, Angel Street, qui allait l'éloigner du cinéma pendant trois années.
Il fit son retour en 1943 avec The Song of Bernadette, un drame. Et un succès. Puis il enchaîna par d'autres films, à succès également. Il commença à acquérir une jolie réputation qui lui permirent de décrocher en 1946 le premier rôle principal de sa carrière pour Shock, un thriller horrifique où il incarne un psychiatre psychopathe. La même année, Dragonwyck le vit interpréter un autre rôle de méchant, une étiquette qui ne le quittera plus. En 1947 son contrat pris fin avec la Fox, et il resta en freelance. Jusqu'en 1952 où, lassé du système, il retourna à Broadway.

Pourtant, il fit son retour dès 1953. Ici commence la grande carrière qu'on connaît. Il obtint le rôle principal du fameux House of Wax de André De Toth. Le remake d'un classique (Mystery of the Wax Museum, 1933, Michael Curtiz). Pourtant, un nouveau genre de films d'horreur était en train de naître et Price devenait une figure de proue du genre. Le film, tourné en 3D, fut un carton. Parallèlement, sur les planches, Price connut un grand succès. Au cinéma, où il enchaînait les films à rythme industriel, ses rôles se diversifièrent, mais le bonhomme garda une attirance particulière pour l'horreur. En 1958, il joua dans deux films reconnus : La Mouche noire (Kurt Neumann) et La Nuit de tous les mystères (William Castle). D'ailleurs à l'orée des 60's, Price allait apparaître uniquement dans des films d'horreur.
Durant les années 60, il devint véritablement un acteur mythique, principalement du fait de ses collaborations régulières pour Roger Corman, avec qui il tourna dans huit adaptations d'Edgar Poe devenues aujourd'hui de grands classiques de l'horreur. Cela commença dès 1960 avec la Chute de la Maison Usher, puis se continua avec entre autres avec La Chambre des Tortures (1961), le Corbeau (1963), Le Masque de la Mort Rouge (1964), La Tombe de Ligeia (1965)... Plus un nombre incroyable de films géniaux qu'il serait trop long à énumérer ici. Price participa aussi à des films comme The Comedy of Terrors (Jacques Tourneur, 1965) ou Dr. Goldfoot and the Bikini Machine (Norman Taurog, 1965), clairement parodiques. Du reste, avec nombre de ses collègues du cinéma d'horreur (Boris Karloff, Peter Lorre...), il n'hésita pas à parodier son image.
Bref la décennie des 60's fut une période dorée pour l'épouvante gothique, période où sévissait aussi la Hammer en Angleterre et Mario Bava en Italie... Des films puisant dans les réservoirs de l'horreur, à qui ils donnèrent un style tantôt macabre et mélancolique tantôt macabre et comique. Mais en tout cas une période qui marqua nombre de personnalités, telles que Tim Burton, par exemple, qui s'en réclame ouvertement. Vincent Price avait définitivement rejoint la caste des acteurs cultes du genre, et avec ses collègues anglais Peter Cushing et Christopher Lee, il dominait le genre.
Les années 70 virent l'acteur ralentir un peu ses activités, malgré les deux autres classiques que sont L'Abominable Dr. Phibes (Robert Fuest, 1971) et Le Retour de l'Abominable Dr. Phibes (Robert Fuest, 1972).
Il ne s'arrêta pourtant pas de tourner. Mais rien d'aussi notable que ses prestations des 60's. Pourtant, toujours très ouvert d'esprit, il contribua à amener le cinéma d'horreur dans la musique rock en prêtant son timbre de voix caverneux à l'album Welcome to My Nightmare d'Alice Cooper, en 1975, pour la chanson Black Widow. Il contribua aussi aux tournées de Cooper, avec qui il apparut régulièrement sur scène.
En 1982, il participa aussi à un court-métrage de Disney, réalisé par un de ses fans, alors inconnu : Tim Burton. Le résultat fut Vincent, court-métrage d'animation de cinq minutes, où Price donna sa voix en tant que narrateur. Du reste, durant les 80's, il utilisa plus sa voix que son physique. Il doubla ainsi quelques dessins animés, dont le Scooby-Doo de la Hanna-Barbera.
En 1990, il tourna dans le Edward aux Mains d'Argent de Tim Burton, où il interpréta le rôle du créateur d'Edward, qui mourut avant d'avoir achevé sa création. Ce rôle fut son dernier au cinéma. Price resta ainsi sur un chef-d'oeuvre réalisé par son fan le plus emblématique, qui lui offrit ici un rôle taillé sur mesure... Ce fut son vrai tombé de rideau, sa participation au téléfilm The Heart of Justice (1993) n'étant pas vraiment représentative de sa carrière.
Vincent Price décéda à Los Angeles le 25 octobre 1993, à l'âge de 82 ans, officiellement des suites d'un cancer du poumon. Officieusement, selon son ami Tim Burton, Price se laissa mourir suite au décès de sa femme survenu un an plus tôt... Fin de vie gothique qui n'est pas sans rappeler les films de Corman...

Vincent Price restera comme l'un des acteurs les plus charismatiques et symboliques du genre. Sa filmographie, impeccable, témoigne de son affection sans bornes pour le genre. Price inspira nombre d'artistes, au cinéma tant qu'en musique. Sa mort, ainsi que celle, un an plus tard, de Peter Cushing, laissa un grand vide, malgré le fait que les deux bonhommes ne se montraient plus devant les caméras. Reste que personne, depuis, n'a été en mesure de pouvoir être comparé à ces génies, entièrement dévoués au genre, et qui surent jouer de leur image tant au cinéma qu'en dehors (Vincent Price, à l'enterrement de Bela Lugosi, demanda ainsi à Peter Lorre s'il pensait qu'il ne serait pas plus sage de planter un pieu dans le coeur du cadavre...).
Filmographie séléctive :
- 1990 : Edward aux Mains d'Argent
- 1988 : Flic ou Zombie
- 1980 : Le Club des Monstres
- 1973 : Théâtre de sang
- 1972 : Le Retour de l'Abominable Dr. Phibes
- 1971 : L'Abominable Dr. Phibes
- 1965 : Dr Goldfoot and the Bikini Machine
- 1965 : War-Gods of the Deep
- 1965 : La Tombe de Ligeia
- 1964 : Le Masque de la Mort Rouge
- 1964 : Le Croque-mort s'en mêle
- 1963 : Twice-Told Tales
- 1963 : La Malédiction d'Arkham
- 1963 : Le Corbeau
- 1962 : L'Empire de la Terreur
- 1961 : La Chambre des Tortures
- 1960 : La Chute de la Maison Usher
- 1959 : La Nuit de tous les Mystères
- 1958 : La Mouche Noire
- 1953 : L'Homme au Masque de Cire.

-Boot Hill:


Situé sur une petite colline dominant Rivers of the Far West, ce cimetière décrépi a été construit à l’origine pour abriter les dépouilles des propriétaires de Phantom Manor.
Les boot hill étaient en fait,dans le vieil ouest ,destinés à y enterrer les indesirables.
Lien vers l'un des plus célèbres Boot Hill du vieil ouest :
http://maclir.dyndns.org/writing/western/photo05.html

Quelques liens complémentaire :
http://www.effetsspeciaux.fr/index.php?imcdocId=att0512001&pageId=1
http://www.maison-hantee.com/files/phantommanor/phmanor.htm
http://www.doombuggies.com/




Dernière édition par Thierry le Disneyen le Lun 31 Oct 2011 - 20:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:41

-Le Silver spur Steakhouse:


Le lucky nugget rendant hommage à l'or ,le last chance cafe rendant hommage au cuivre le Silver Spur ,quand à lui rend hommage à l'argent.Le silver Spur Steakhouse s'inspire des fameux steakhouses américains dont la réputation est de servir des pièces de boeuf de grande envergure "les T bones".
Il existe d'ailleur aux états unis des Restaurants où l'on peu manger sa côte de boeuf sans payer mais pour celà il faut réussir à l'engloutir en 1h00 sachant que cette pièce de boeuf fait 2kg.Dans le cas contraire à vous l'ardoise.
brefs pour en revenir à notre restaurant Il peut être considéré comme le lieu incontournable des cowboys ayant besoins de reprendre des forces avant de repartir au travail.
Sachez également qu'il existe un autre Silver spur Steakhouse outre Atlantique situé à Las Vegas pour être plus précis( http://www.visitlasvegas.com/vegas/play/dining/details.jsp?companyId=2320 ) .
voici un lien fort interressant sur notre Silver spur steakhouse:
http://jpernot.club.fr/table/silver_spur/silver_spur.php


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:42

Le Fuenté Del Oro:


Le Fuenté del Oro est un restaurant évoquant les fameuses hascienda (résidences)du nouveau mexique et de Santa Fé en particulier ces demeures sont d'inspirations hispaniques et ont débarqué aux états unis par l'intermédiaire de l'influence mexicaine qui fut jadis colonisé par les espagnols.On les remarque particulièrement grace à leurs Patio:

ainsi qu'aux nombreuses arcades :


On retrouve aussi ce type de batiment dans la série Zorro ;en l'occurence la demeure de Don Diego de La Vega.Il n'était d'ailleur pas rare ,au début d'EuroDisney d'apercevoir Zorro sur les toits du Fuenté del Oro.

L'hascienda:
Les haciendas font parties du patrimoine culturel du Mexique. Autrefois grandes propriétés terriennes, elles ont vus passer des siècles d'histoire sous leur yeux, afin de se reconvertir de nos jours en musées, hôtels et autres lieux touristiques...
L'histoire des haciendas au Mexique commence avec les débuts de la colonisation par les Espagnols au XVIème siècle. Soucieuse d'établir une population Espagnole sur le territoire mexicain, la Couronne Espagnole décida de récompenser les soldats de haut-rangs en leur donnant un morceau de terre de quelques hectares, avec quelques indiens à leurs ordres et quelques animaux. Au fil du temps, ces parcelles de terres ont su se convertir en de puissantes propriétés terriennes, avec l'acquisition de nouvelles terres, formant ainsi un puissant centre socio-économique auto-suffisant dans chacune d'elles.
Ces haciendas étaient surtout destinées à l'agriculture, avec la production de viande mais aussi de sucre, d'alcool (le pulque...), de vin, de blé, etc. Certaines de celles-ci servaient aussi à la production d'or ou d'argent, notamment dans la région de Guanajato mais aussi dans le Yucatán.
Petit à petit, les haciendas devenaient le reflet de la richesse du propriétaire. L'architecture pris une place importante, soignée dans ces moindres détails, avec la construction de chapelles, de jardins luxuruants, des fontaines... L'intérieur était aussi décoré avec des meubles, antiquités et oeuvres d'arts venus du monde entier. C'est ainsi qu'on retrouve le charme actuel des haciendas au Mexique.
Au cours du XVIIIème siècle, les haciendas connaissent leur apogée. Le prestige de celles de Guanajato, ont valu à la ville d'être surnommée "La Grange de la Nouvelle Espagne".
Au XIXème siècle, la principale production des haciendas se concentrait sur la soga de henéquen (ou fibre de sisal : fibre noble issue des feuilles du sisal, agave subtropical) pour fabriquer des cordes.
Le système semi-féodal a perduré jusque dans les débuts du XXème siècle, c'est-à-dire, 1910, date de la révolution au Mexique. Ainsi, grâce à l'instauration d'une nouvelle législation agraire, les biens ont été répartis, mettant fin à plus de 400 ans de grande puissance des hacendados (grands propriétaires).

Organisation:

La vie à l'intérieur des haciendas était très organisée, vu l'ampleur que certaines d'entres elles pouvaient prendre, ressemblant à l'organisation d'une petite ville.
Il existait des castes bien divisées, avec la famille propriétaire et les indiens qui habitaient dans des bâtiments bien distinct. Ainsi le propriétaire et sa famille vivaient dans la Grande Maison ou Casona, propriété luxueuse. Puis aux côtés, des maisons plus modestes destinées au personnel de confiance (l'administrateur, le majordome, les contremaîtres...), et enfin des logements dépourvus de tous conforts, pour les indigènes, aux côtés des salles de "machines", des étables, de l'école, de la ferrerie... A l'intérieur même de l'hacienda, il pouvait y être bâtie une chapelle, où tous les habitants de la propriété pouvaient assister à la cérémonie religieuse.
Aujourd'hui, les haciendas se sont reconverties en hôtels, musées, résidences personnelles, restaurants mais beaucoup d'entre elles restent encore abandonnées. En ayant été témoins de plus de 4 siècles d'histoire, les haciendas ont su garder leur histoire à l'intérieur de leurs murs, avec antiquités, collections d'arts et autres meubles coloniaux. Celles-ci sont finalement de beaux édifices retraçant l'histoire "post-colombienne" du pays.

Liens vers de nombreuses photos d'hacienda:
http://images.google.fr/images?q=hacienda&svnum=10&hl=fr&lr=&start=0&sa=N

-L'Hascienda de Zorro:



L'hacienda des De la Vega est l'un des plus beau domaine de Los Angeles. Située à quelques lieues du pueblo, la propriété s'étend sur plusieurs centaines d'hectares. On y élève principalement des vaches (plus d'un millier de têtes de bétails) et des chevaux (une centaine). Le domaine comprend également quelques vignes qui donnent un petit vin dont les de la Vega sont assez fiers!

Visitez son ascienda grâce à ce magnifique lien:
http://vivi8.free.fr/Zorro/Alej_Hacienda.php#ancre1


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:42

-Forge Lavinia Rose :



Selon la légende Lavinia était la fille du forgerons Jedediah Rose ;sa soeur prénommée Susanna ,quand à elle avait toujours souhaité devenir danseuse au grand desespoir de son père qui refusait de l'aider.Afin de financer ses cours de dance Susanna fit de nombreux petits boulots,travaillant comme assistante dans une boutique,rédigeant des articles de presse,ainsi qu'assistante de detectives.Par la suite elle revint à Thunder mesa et devint danseuse au Lucky Nugget saloon.
C'est alors qu'elle rencontra le fameux Davis G Ravenswood lors d'une de ces visites dans la ville.Ils se rencontraient à chaques fois que celà était possible.Ils finirent par se fiancer la veille du départ de David pour l'europe planifiant également de vivre tous deux sous le toit d'Henri Ravenswood dès que david reviendrais d'europe.
Malheureusement avant qu'il revienne, les choses changèrent pour toujours....


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:43

Un petit retour sur le fort Comstock pour évoquer l'origine de quelques accessoires:


j'ai finalement retrouvé l'adresse exacte de cette fabrique encore existante actuellement et située en georgie,comme quoi,le wild west perdure encore :

HAPPYVALE FLOUR MILL
RAILROAD ST

FORT VALLEY, GA 31030


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:44

Merci pour le compliment.Pour le bouquin Why not en fait il est plus simple de vous faire découvrir le resort régulièrement via le forum .

Brefs aujourd'huis je poursuis ma balade au Fort Comstock avec quelques scènes du Wild west :



http://www.culverpictures.com/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ru%C3%A9e_vers_l'or


Quelques noms de Hors la loi(Outlaws) Légendaires:

Belle Starr ! Billy the Kid ! Black Bart ! Bonnie & Clyde ! Butch Cassidy ! Frères Dalton ! Tom Horn ! Jesse James ! Bob Younger ! Cattle Kate ! Pearl Hart ! W. Quantrill ! Apache Kid ! The Wild Bunch !

http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_04_Biog_Outlaws/nm_10_04_billy_the_kid.htm

http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_04_Biog_Outlaws/nm_10_04_dalton.htm

http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_04_Biog_Outlaws/nm_10_04_tom_horn.htm

http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_04_Biog_Outlaws/nm_10_04_jesse_james.htm

http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_04_Biog_Outlaws/nm_10_04_william_quantrill.htm



Parmis les représentants de la loi il existe 2 personnages légendaires:
-Wyatt Earp:
http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_02_Biog_Americans/nm_10_02_earp_w.htm
-Juge Roy Bean:
http://www.america-dreamz.com/texas/paysages/langtry.php


http://fr.wikipedia.org/wiki/Davy_Crockett
http://thealamo.free.fr/crockett.htm


http://www.medarus.org/NM/NMPersonnages/NM_10_02_Biog_Americans/nm_10_02_buffalo_bill.htm

http://www.bbhc.org/index_nonflash.cfm
http://catalog.denver.lib.co.us/cgi-bin/cw_cgi?resultsScreen+32763+1+10+0
http://www.wisconsinhistory.org/circusworld/about.asp
http://www.usma.edu/


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:45


Citation :



buzz_lightyear a dit :

Mais quel boulot formidable, à quand le bouquin ?
J'ai beaucoup appris sur Frontierland.

Merci Thierry



Citation :



Génie de la lampe a dit :

oui un bouquin !!!!

Allez ;devant la demande générale voici un petit cadeau (en l'occurence la couverture du livre ).
Il ne vous reste plus ,par contre ,qu'à y incorporer l'ensembles des sujets traités (je ne saurais que vous recommander l'imprimante couleur pour un meilleur résultat )
couverture arrière:


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:46

Ahhhh Frontierland il y a tant à dire dessus ; mais j'ai décidé de quitter,momentanément, ce land pour évoquer à partir de demain Adventureland.Cependant je ne pouvait quitter Thunder mesa sans évoquer les musiques qui y sont jouées.
Tout d'abord ,et en ce qui concerne le land en général les musiques sont pour la plupart des musiques de films dont le plus célèbre compositeur n'est autre qu'Ennio Morricone:


Un mythe. Que dire d’autre d’un compositeur comptant plus de cinq cents partitions à son actif et dont le nom, connu par différentes générations et sur plusieurs continents, reste lié à des dizaines de chefs-d’œuvre de l’histoire de la musique de films ? Faisant fi des honneurs, ignorant la gloire, une chose, en revanche, ne cesse de hanter l’artiste : la perfection de son œuvre qu’il parachève et cisèle film après film depuis bientôt cinquante ans.

Né en 1928 à Rome, Ennio Morricone acquiert une formation classique à l'Académie Santa Cecilia où il étudie la trompette. A l’aube des années 50, il signe ses premières compositions : pour la RAI d’abord, où il fait ses débuts puis pour différentes maisons de disques. Il composera ensuite pour la télévision sous le pseudonyme de Dan Savio, avant de devenir arrangeur pour la variété, croisant ainsi la route d’artistes comme Gino Paoli, Gianni Morandi, Dalida ou Charles Aznavour.

Morricone compose pour le cinéma dès 1961 mais c’est sa rencontre avec Sergio Leone —qu’il a connu sur les bancs de l’école— qui va lui permettre de donner libre cours à son talent pour le grand écran. Leur première collaboration, Pour une poignée de dollars (1964) —dans lequel il est crédité sous le nom de Léo Nichols— est également leur premier succès commun. A l’ère des Bernstein ou des Tiomkin, incontournables traducteurs musicaux du western, Morricone bouleverse les codes du genre en introduisant des sonorités nouvelles. Son audace est payante, l’utilisation de guitares électriques et l’emploi d’un siffleur dans la bande-son du film font mouche. La carrière du Maestro est lancée.

Très vite, et toute sa carrière durant, les plus grands noms du cinéma italien vont faire appel à lui. Bernardo Bertolucci, pour des films majeurs (Prima della revoluzione (1964), et 1900 (1976), Pier Paolo Pasolini, dont les sujets, chaque fois plus controversés, sont illustrés par des mélodies de plus en plus épurées (Des Oiseaux petits et gros (1966), Théorème (1968) Salo ou les 120 journées de Sodome (1975), ou encore Mauro Bolognini (La Grande Bourgeoise, 1974). La liste peut se dérouler à l’infini mais comment omettre la collaboration du Maître avec Giuseppe Tornatore (Cinema Paradiso, 1989), les frères Taviani (Allonsanfan, 1973), Luigi Comencini (La Femme du Dimanche, 1976), Mario Monicelli (Voyage avec Anita, 1979) ou encore Gillo Pontecorvo (Queimada, 1970) ?

Tous s’arrachent le compositeur en vogue dont la fidélité est une constante. Travailleur acharné, Morricone acquiert la reconnaissance de ses pairs. A l’instar du réalisateur, son nom apparaît à l’affiche mais ce n’est véritablement qu’en la personne de Sergio Leone qu’il va trouver un double cinématographique. Père du western à l’italienne, l’autre Maestro est le premier à saisir l’univers musical de Morricone. Malgré leurs différences —l’un est aussi volubile que l’autre est taciturne— les deux hommes parlent un langage identique. Celui de la musique. Le réalisateur la considère comme un langage à part entière, fait rarissime pour un homme d’images. Le cinéaste est parfaitement en phase avec l’écriture innovante du compositeur. Morricone est mon meilleur dialoguiste, reconnaîtra Leone. Dans Le Bon, la brute et le truand (1966), point de classicisme pour illustrer la fameuse quête au trésor dans le grand Ouest mais des bruitages, des sifflets, quelques staccatos au piano, et un cri récurrent qui ressemble à celui du coyote. Le succès est immédiat. Les demandes affluent du monde entier mais c’est tout d’abord avec la France que naît une histoire d’amour.

C’est le réalisateur Henri Verneuil qui, le premier, contacte le Maestro pour le film qu’il est en train de tourner aux Etats-Unis, La Bataille de San Sebastian (1967) et qui réussi le tour de force de le faire voyager : à sa phobie de l’avion s’ajoute la barrière de la langue, Morricone ne parle que l’italien mais les deux hommes sympathisent. De cette collaboration naîtront des succès qui feront le tour du monde. L’entêtant thème du Clan des Siciliens (1968), la fameuse ballade hellénique du Casse (1971), l’angoissante partition pour polar urbain de Peur sur la ville (1973), ou encore l’efficacité des thèmes de I… comme Icare (1979) et du Serpent (1972). De retour en Europe, l’escapade hexagonale du musicien romain se poursuivra en la compagnie de réalisateurs aussi divers que Philippe Labro (Sans mobile apparent, 1971) Edouard Molinaro (La Cage aux folles, 1978), Francis Girod (La banquière, 1980) Yves Boisset avec Espion, lève-toi (1981), Georges Lautner (3 millions d’albums vendus pour Le Professionnel, 1981) ou encore José Giovanni avec Le Ruffian (1982) pour ne citer qu’eux.

En 1969, avant un départ pour un inévitable séjour en Amérique où les commandes affluent, Morricone se remet du triomphe qu’il vient de vivre. Le Maître vient de s’illustrer de nouveau avec son compatriote Leone pour le chef-d’œuvre signé par ce dernier, Il était une fois dans l'Ouest. Le succès est planétaire. Le lyrisme du bouleversant thème principal magnifiera la beauté de Claudia Cardinale pour l’éternité et les trois notes d’harmonica ahanées par un Bronson au regard émeraude resteront gravées à jamais dans la mémoire des spectateurs. Outre le succès, c’est plus exactement de son appétit de travail que le maître doit se remettre. On dénombre en effet pas moins de 26 films mis en musique par ses soins cette année-là !

L’Amérique, c’est d’abord par l’intermédiaire de Clint Eastwood que Morricone y composera pour la musique de Sierra Torride (1970) réalisé par Don Siegel, ami de l’acteur. Le musicien enchaînera ensuite une série de collaborations avec ce que Hollywood peut compter de plus prestigieux tout en continuant de travailler pour la France et surtout de privilégier la production cinématographique italienne alors que les années 80 annoncent le déclin de la mythique Cinecittà. Le musicien romain devient le compositeur de musique de films le plus prolifique au monde et affiche une filmographie exemplaire dont l’énumération des chefs-d’œuvre relève de la gageure. On retiendra son travail pour Terrence Malick et ses Moissons du ciel (1978), la terrifiante partition de The Thing (John Carpenter, 1982) les bouleversants chœurs religieux de Mission de Roland Joffé, (1986) les subtils thèmes des Incorruptibles de Brian De Palma (cinéaste qu’il retrouve pour Outrages, 1989 et Mission to Mars, 2000) sans oublier le Frantic de Polanski.

Mais outre ces musiques sublimes, l’ultime chef-d’œuvre du maître est sans doute le dernier opus de la trilogie pensée par son ami Leone, Il était une fois en Amérique (1984).Pour clore le triptyque —dont le deuxième volet, Il était une fois la Révolution (1971), avait été mis en musique avec une fameuse ballade pour guitare sifflée— Sergio Leone fait naturellement appel à son complice pour illustrer l’amitié de quatre jeune new-yorkais sur fond de prohibition et de gangstérisme. Une fois encore le compositeur touche à la perfection. Le film est devenu un classique et sa musique, indissociable, mêle le lyrisme cher au Maître à la nostalgie de l’enfance, illustrée par un thème pour flûte de pan. Il était une fois en Amérique compte assurément parmi les plus belles partitions réalisées pour le cinéma.

Parfois encore assimilé à un compositeur de musiques de western —elles ne représentent pourtant que «8,5% de sa production musicale» selon les dires de l’intéressé (!)— Morricone n’est en définitive rien d’autre qu’un touche à tout de génie et un compositeur complet. De la musique expérimentale pour films d’épouvante (L’exorciste 2, John Boorman, 1977) à la ritournelle populaire (de la bande originale du film de Giuliano Montaldo Sacco et Vanzetti, (1971) est tirée la chanson à succès interprétée par Joan Baez), jusqu’aux accents ibériques du Attache-moi d’Almodóvar en passant par la musique contemporaine dont il a composé plus de 80 œuvres (Cantate pour l´Europe, Epitaffi sparsi…) Morricone a prouvé en un demi-siècle de carrière que son champ musical s’étendait à l’infini.

Fin 2001, le Maître se produisait dans une série de concerts à travers le monde. Quelques heureux spectateurs auront eu le privilège d’applaudir le Maestro dirigeant plus de deux cents musiciens de l’orchestre symphonique de Rome au cours d’une tournée triomphale. On imagine qu’après une immense carrière passée au service de l’image, et malgré une personnalité souvent présentée comme peu engageante, l’émotion d’un public ne pouvait que lui faire défaut.


En ce qui concerne le type de musique ;en dehors des musiques de films la musique jouée est une musique de style Bluegrass:

Le bluegrass est un style musical originaire du Kentucky (dont on dit que le ciel donne à l'herbe des reflets bleus, au coucher du soleil), qui puise sa source dans les massifs montagneux des Appalaches . Il s'agit d'une musique très rythmée aux harmonies vocales à 3 ou 4 voix. Le banjo est très caractéristique de ce style accompagné par la contrebasse qui joue sur le temps ainsi que la mandoline (qui joue les contre-temps), le violon et la guitare. Vers 1945, Bill Monroe fut le fervent défenseur de la tradition montagnarde et de la morale: il fut l'un des fondateur de ce style qui s'opposait au style de l'époque (honky-tonk), jugé peu moral. Depuis l'an 2000 et le film «O'Brother», le bluegrass est encore toujours plus dynamique.

Artistes et groupes de référence :
Bill Monroe (1913 - 1996), mandoliniste originaire du Kentucky, et considéré unanimement comme étant le père du Bluegrass (Father of Bluegrass Music). Le nom de cette musique vient du nom de son groupe formé en 1945: Bill Monroe and the Bluegrass Boys, lequel comprenait notamment:
Lester Raymond Flatt (1914 - 1979), guitare
Earl Scruggs (1924), banjo
Lester Flatt et Earl Scruggs ont quitté Bill Monroe en 1949, et ont ensuite formé les Foggy Mountain Boys qui ont sans doute plus contribué au succès du Bluegrass que quiconque. Ils ont été élu au Country Music Hall of Fame en 1985).

Bobby & Sonny Osborne
Jim & Jesse McReynolds
Del McCoury
The Country Gentlemen
The Seldom Scene
Doyle Lawson & Quicksilver
New Grass Revival
The Kentucky Colonels
Alison Krauss & Union Station
Kathy Chiavola


Voici donc une liste de musiques difusées au sein de Frontierland:
1/Medley 1
2/Medley 2
3/The magnificent seven
4/Big country theme
5/sons of Katie Elder
6/Ti Yi Yo
7/A cowboy need a horse
8/Big Rock candy mountain
9/Roamin the lawless west
10/Yellow rose of Texas
11/Bonanza
12/How the west was won
13/For a few dollars more
14/The cowboy sunset
15/Silverado
16/lonsesome dove


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:48

Nous voici donc arrivés à la porte d'adventureland.
Avant même de commencer notre aventure qui nous conduira dans les caraïbes ;en Asie;en Afrique...Cette fameuse entrée nous réserve déjà quelques surprises en y regardant d'un peu plus près:

Premier détail:

Sur cette façade on peut donc remarquer les initiales WDI "Walt Disney imagineering"qui est en fait une filiale de la Walt Disney company chargée ,entre autre ,de concevoir les parcs à thèmes Disney.
Grandmath nous en a parlé dernièrement:
Walt Disney Imagineering - L' Histoire


Au début des années 50, Walt Disney choisit quelques-uns des meilleurs talents créatifs du studio pour former WED Enterprises (ou Walter Elias Disney), dans le but de planifier, faire le design et cnstruire Disneyland. La compagnie fut plus tard renommée Walt Disney Imagineering (WDI) et a depuis continuellement repoussé les barrières de l'imaginaire dans la conception des parcs à thèmes, autant que dans d'autres formes de loisirs. En mai 1996, WDI combina son savoir avec celui de Disney Development Company, qui s'était distinguée depuis 1984 comme l'une des organisations de développement et de management les plus avancées. Maintenant unies en Walt Disney Imagineering, la compagnie sert de maître de planification, développement créatif, design, d'ingénieurie, de gestion de projet et de base de recherche/développement chez Walt Disney Company.


Depuis la phase "ciel bleu" des premiers concepts jusqu'à l'installation finale, les 1600 talentueux Imagineers sont responsables de la création de toutes les destinations de loisirs Disney, de toutes les attractions et les parcs à thèmes, des développements urbains et immobiliers, des Disney Stores ou même des paquebots Disney (Disney Wonder & Disney Magic). Ils ont aussi participé à des événements comme les cérémonies d'ouverture de Jeux Olympiques.

Ce qui suit est un extrait du livre "Walt Disney Imagineering - A Behind the Dreams Look at Making the Magic Real." , qui est le livre ulitime pour tous les fans d'Imagineering. Le passage illustre assez bien la genèse de WDI:

"Walt commença sérieusement à se pencher sur l'idée d'un parc d'attractions en 1951, quand lui et Harper Goff, un directeur artisitque de cinéma, commencèrent à élaborer les premiers concepts dessinés. Peu après, il sélectionna un groupe de dessinateurs de son studio, et leur demanda de dédier leur travail à l'élaboration et au développement d'un nouveau parc familial complêtement inédit. Il ne savait pas encore à quel point ce petit groupe allait devenir un point clé de sa compagnie. Mais peut-être encore, le savait-il déjà...à cette époque néanmoins, Walt ne connaissait pas ggrand chose au divertissement tri-dimensionnel, comme les parcs d'amusement ou les foires, mais il s'y connaissait en cinéma et télévision. Guidé par son envie de mener sa passion pour les histoires au delà de deux dimensions, il voulu que les visiteurs entrant dans son parc se retrouvent au milieu d'un film, sur une scène.Chaque recoin du parc aurait sa place dans l'histoire, comme dans un film ou une émission télévisée.
C'est exactement pourquoi il avait choisi des employés de son studio, les répartissant en secret dans de petits bureaux tout autour des plateaux de tournage. Il y avait des scénaristes, des dessinateurs, des écrivains, des musiciens, des chefs décorateurs, un ensemble de gens qui pouvait mettre en place une scène. Ils étaient les gens qui faisaient la magie des films Disney. Maintenant on leur demandait de de créer la magie sur le terrain acheté par Disney. Ils commencèrent par faire des films, mais depuis firent une partie de l'histoire. Ils furent les premiers Imagineers.

Poursuivant les valeurs disneyennes et le même optimisme, cette petite équipe devint le coeur de WED Enterprises, une compagnie indépendante créee par Walt en 1952 pour l'aider à créer et construire son rêve nommé Disneyland. Rapidement, ils partagèrent tous le même rêve. Et en transformant une petite parcelle d'orangeraie en un royaume magique, leur rêve devint réalité. Walt et sa première équipe d'Imagineers inventa le marché du parc à thèmes en inventant le processus "Imagineering" ("imaginier"). En construisant Disneyland, le processus d'"apprendre et de réussir en rêvant et en faisant" fut employé pour la première fois. Ces nouveaux Imagineers utilisèrent leurs talents de façon inédite pour créer quelquechose d'inédit, des choses que personne n'avait jamais fait auparavant.
Mais ceci marquait juste le commencement. Il y avait encore beaucoup de travail à l'horizon. WED
Enterprises bougea rapidement des Disney Studios à Burbank, Californie, pour s'installer dans leur propre lotissement, dans la petite ville voisine, Glendale. Les membres de la première poignée d' Imagineers - incluant Ken Anderson, Roger Broggie, Bob Gurr, Bill Martin, John Hench, Bill Cottrell, Emile Kuri, Fred Joerger, Bill Evans, Sam McKim, Harriet Burns, Wathel Rogers, Dick Irvine, and Marvin Davis - restèrent à WED bien après l'ouverture de Disneyland. Ayant expérimenté le fait d'"Imaginier" ensemble, ils étaient devenus une famille. De plus, il y avait encore beaucoup de travail, pusique Walt avait dit que Disneyland ne serait jamais terminé. Depuis ces temps, évidemment, beaucoup de choses ont été accomplies, et beaucoup de choses ont changé. Ici à Imagineering, comme dans tout groupe dynamique, notre seule constante est le changement. Après 1966, les Imagineers durent apprendre à travailler sans le soutien et le commandement de notre plus grand rêveur, quand Walt Disney mourut le 15 décembre 1966. Durant les deux décades qui suivirent, inspirés par les leçons que Walt nous avait si bien apprises, nous nous soudèrent pour atteindre de nouveaux objectifs, comme nos plus ambitieux projets, Walt Disney World Resort, Tokyo Disneyland et Epcot.

En 1984, Michael Eisner et Frank Wells arrivèrent à la direction de la Walt Disney Company, élargissant les mondes de Disney de façons que personne n'aurait imaginé. Sous leur direction, WED Enterprises devint Walt Disney Imagineering. Malgré le changement de nom, la mission resterait la même, et de nouvelles frontières continueraient à être atteintes. En 1996, cette tradition d'innovation grandit encore plus lorsque WDI combina ses forces avec Disney Development Company, l'organisation responsable du développement Disney en dehors des parcs à thèmes.
Pour la première fois, cette unique collaboration amènerait ensemble les designers et les développeurs - les rêveurs et les faiseurs -, travaillant côte à côte pour rêver, créer et construire. Aujourd'hui, les principaux responsables de cette organisation, chargés de perpétuer la tradition, sont Peter Rummell, patron de Walt Disney Imagineering, Marty Sklar, vice-président et directeur exécutif de création, et Ken Wong, President.
Comme vous pouvez l'imaginer, une foultitude d'opportunités attendent au détour de la route. Depuis les plus grands plans pour des attractions majeures, des hôtels ou des villes nouvelles, jusqu'aux plus petits éléments comme les fixations des lampes, les menus des restaurants ou les poubelles, tout détail sera crée par cette équipe combinée d'Imagineers. "

Les métiers

Walt Disney Imagineering n'est pas une compagnie qui vous offre des places facilement... La compagnie emploie seulement 1600 Imagineers, et a dans une base de donnée plus de 65 000 demandeurs d'emplois.

Dans cette section, vous trouverez quelques trucs et aides qui pourront peut-être vous aider à trouver un job dans cette fabuleuse compagnie.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:49

Voici une liste non exhaustive des différents métiers représentés à Walt Disney Imagineering:

Comptables

Chercheurs en technologie avancée

Architectes

Designers Architecturaux

Specialistes et Ingénieurs Audio/Video

Charpentiers

Ingénieurs Civils

Coloristes

Designers et Programmeurs informatiques

Designers Conceptuels

Responsable de chantier

Administrateur des contrats

Expert finacier

Ingénieurs électriques

Techniciens en électronique et électromécanique

Paysagistes

Designer fonctionnel

Analystes fianciers

Support de services généraux

Graphistes

Spécialiste des ressources humaines

Illustrateurs

Designer industriel

Ingénieur industriel

Décorateur d'interieur

Terrasier

Bibliothéquaire

Ingénieur éclairagiste

Administrateurs résaux

Machiniste

Designer d'application materielle

Spécialiste en materiaux

Ingénieur mécanique

Maquétiste

Ingénieur en systeme optique

Spécialiste plastique

Producteur

Artiste de production

Coordinateur de production

Spécialiste des couts de fabrication

Responsable de projet

Planificateur de projet

Développeur de projets

Ingénieur en sécurité

Dessinateur

Sculpteur

Secretaire

Designer technologique

Designer décorateur

Designer en effets spéciaux

Scénaristes

Croquistes storyboarder

Planificateurs stratégiques

Ingénieur en systeme

Spécialiste des télécommunications

Outilleurs




--------------------------------------------------------------------------------

Ce qui suit est un extrait d'une lettre envoyée par WDI à ceux qui sont interessés par un métiers dans la compagnie.

"Bien qu'il n'y ait pas de formules faciles pour devenir Imagineer, nous avons formulé les observations suivantes:

Premièrement, il est important de comprendre la séparation entre les mondes de fantaisie de nos produits Disney, et la réalité de notre business. Si vous acceptez et comprenez comment les besoins et les paramètres de l'un affectent l'autre, les réalit"s entraînées sont aussi faxcinantes que les fantaisies.

Deuxièmement, vous devez étendre vos horizons, ne limitez pas votre interet aux mythologies Disney. Permettes lui d'être un point dans l'entrée des découvertes des autres royaumes, s'ils étudient la culture, les ordinateurs, la robotique, les films, l'art, ou l'histoire. Une certaine connaissance de Disney ne vous guarantit pas un job avec Disney, même si c'est une condition préalable pour ça.

Troisièmement, suivez ce que vous aimez. A Imagineering, nous recherchons une excellence spéciale, et croyons qu'un talent de premier ordre est usuellement développé quand une activité est faite pour la joie qu'elle procure. Avec un tel talent, que ce soit en écrivant, dessinant, en étant ingénieur, illustrateur, ou n'importe quelle discipline établie à Imagineering, vous remplirez mieux votre rôle avec succès, et résoudrez des problèmes de challenge et vous trouverez plus d'opportunités pour votre propre expression créative.

Finalement, c'est une idée fausse que de croire que la majorité des efforts que nous entreprenons ici sont des idées dirigées. nous n'avons jamais eu de pénuries d'idées, juste le temps et les ressources pour les éxécuter! La réalité est que le temps de l'idée ne représente probablement que 1% du projet. Le reste du temps est consacré à faire de notre mieux pour que ces idées parviennent jusqu'à la réalité.


--------------------------------------------------------------------------------

Le conseil suivant a été écrit comme étant une partie d'un article de deux parties appelé "Alors, vous voulez être Imagineer?" qui parut dans le numéro Automne-hiver de Disney Magazine en 1995.

Doug Wolf
Project Manager, Walt Disney Imagineering - Florida

"Faîtes revez et poursuivez votre imagination et vos buts. Faîtes n'importe quoi qui agîte votre créativité - lisez, écrivez, dessinez, observez, et voyagez. Etudiez ce que vous aimez et ce en quoi vous excellez, que ce soit des modèles de construction, dessiner, écrire, ou construire. Regardez s'il y a du progrès. C'est ce qui est le mieux ici depuis que Imagineering englobe presque tout ce qui est imaginable. Mais par dessus tout, jouissez de chaque chemin que votre vie traverse, et profitez de chaque expérience en apprenant."

Joe Lanzisero
Senior Concept Designer

"[Executive designer et Imagineer de longue date] Rolly Crump m'a raconté quelques conseils que Walt disney lui a donné: devenir un étudiant de la vie, être interressé en n'importe quoi, être une éponge de la vie, absorber, observer et enregistrer tout ce qui porte de l'interêt. Développer une attitude avec laquelle on n'arrête jamais d'apprendre."

Bruce Johnson
Research and Development

"Ne passez jamais à côté des opportunités de voir des nouvelles choses, de dessiner des choses, construire des choses, parler à des experts et apprendre un nouveau talent. J'ai appris comment inventer des machines de toutes sortes à travers ls années. J'ai travaillé en temps que auto-machiniste, charpentier, ingénieur d'usines, artiste, ingénieur de concepts, et beaucoup d'autres métiers. Quelque part pour l'argent, mais aussi quelque part pour le fun, mais j'ai toujours appris de chacun d'eux."

David Durham
Show Designer

"Les chemins de l'éducation ne sont pas seulement enseigner dans une classe. Je pense que la majorité de mon éducation vient de mon travail à Disneyland. Elle vient aussi des cours que j'ai pris - psycholinguistique, biologie nucléaire, achat de bois - apparament sans rapport avec ce que j'avais étudié. Ne rien prendre mais designer des cours peut faire un bon designer, mais prendre une grande variété de cours fea un meilleur Imagineer."

Paula Dinkel
Lighting Designer

"N'essayez pas d'être un Imagineer! Travaillez dur pour être le meilleur que vous pouvez dans tout ce que vous faites, ayez de l'éducation, apprenez, tenez vos sens en éveil et découvrez, et ayez une bonne vie!"

Kevin Rafferty
Show Writer

"Trouvez tout ce que vous pouvez à propos de chaque aspect de Disney, Si vous avez toujours trouvé vous même, vous dessinerez plus encore avec cette connaissance. Mieux maintenant, trouvez tout ce que vous pouvez sur tout. Si vous êtes un artiste - dessinnez, peignez, sculptez, et écrivez. Si vous êtes un écrivain - lisez, écrivez, peignez et sculptez. Vous ne savez jamais ce que vous êtes capable de faire avant d'avoir commencé. Plus que tout,travaillez dur et dépassez vous. Rappelez vous que le seul moment où vous trouverez le succès avant le travail sera dans le dictionnaire."

Bruce Bader
Scope Writer

"Il y a beaucoup de métiers ici auquels vous n'auriez sûrement pas pensé, ou que vous n'auriez normalement pas trouvé dans d'autres compagnies. Beaucoup de ces jobs n'ont pas d'éducation traditionnelle et n'ont pas besoin d'expérience, ils peuvent être un bon moyen pour avoir un pied dans la porte."

Ben Schwegler
Research and Development

"Choisissez la carrière que vous aimez vraiment - Je ne plaisante pas!!! - même si d'autres gens vous disent que ce n'est pas dans le vent, 'que ça n'a pas de futur', ou que ça n'a pas la moindre probabilité d'avoir du succès, comme l'art de la botanique. Je pense que vous ne pouvez avoir du succès qu'en ne faisant vraiment ce que vous aimez de faire."

Larry Nikolai
Show Designer

"Ne vous arrêtez pas. Si vous voulez vraiment faire partie de Imagineering, naturellement, vous grandirez en participant et en étendant vos connaissances. Errez loin et profond dans votre quête pour votre expérience. Ne vous limitez pas seulement à ce que vous percevez dans le monde de Disney. Imagineering est aussi en perpétuelle croissance. On recherche toujours de nouveaux royaumes, styles et possibilités."

Mark Rhodes
Show Writer

"Suppliez, pleurnichez, et plaidez!"

La technologie

Au coeur de la magie d'Imagineering, on trouve son habileté incomparable à mélanger la manière de raconter les histoires avec une technologie de pointe toujours innovante. Aujourd'hui, WDI a déposé plus de 80 brevets (pour plus d'infos sur ces brevets, visitez le Guide de Disneyworld de DCP) et 20 autres sont en cours de dépôts dans des milieux aussi variés que les effets-spéciaux, les systèmes movibles d'attractions, la technologie interactive, le divertissement live, les fibres optiques ou les systèmes audio avancés. De ce fait, les parcs Disney ont introduit au public des "premières", qui se sont révêlées par la suite devenir les standards dans l'industrie, comme les Audio-Animatronics® (1963), la première montagne russe contrôlée par ordinateur (1975), et un système avancé de photographie 3D encore plus avancé avec Chérie, j'ai rétréci le public!

WDI continue de rechercher et créer de nouvelles technologies, créant ainsi des systèmes inédits d'attractions comme Indiana Jones Adventure, Test Track, Space Mountain à Disneyland Paris, et The Twilight Zone Tower of Terror. Dans un futur proche (2003), une autre attraction innovante devrait être Mission:Space à Epcot.

Ce qui suit est une liste non exhaustive de "premières" réalisées par Imagineering:

Disneyland U.S.A. - Disneyland, 17 Juillet 1955
Le premier parc à thèmes au monde, Disneyland est divisé en 5 mondes thématisés: Main Street U.S.A., Adventureland, Tomorrowland, Fantasyland, et Frontierland. Disneyland est le premier parc a avoir ses attractions thématisés en harmonie avec son environnement. Il ne s'agit plus seulement de proposer des courtes expériences, mais d'immerger le visiteur au coeur d'une histoire, d'un film. Aujourd'hui, Disneyland continue à être le modèle pour l'industrie du parc à thèmes.

Mark Twain Riverboat - Disneyland, 17 juillet 1955
Le premier bateau à aube construit aux USA en 50 ans.

Circarama/Circle-Vision 360 - Disneyland, 1955
Le premier cinéma projetant un film à 360° autour des visiteurs.

Skyway - Disneyland, 23 juin 1956
La première attraction de ce type (des télécabines passant au dessus du parc) à être construite aux USA.

Columbia Sailing Ship - Disneyland, 14 juin 1958
Le premier trois-mâts à être construit aux USA 100 ans après leur disparition.

Disneyland-Alweg Monorail System - Disneyland, 14 juin 1959
Le premier monorail opérationnel quotidiennement à être construit dans l'hémisphère ouest.

Matterhorn Bobsleds - Disneyland, 14 juin 1959
La première montagne russe à utiliser des rails tubulaires en métal, qui sont devenus le standard de l'industrie des grand-huit.

Enchanted Tiki Room - Disneyland, 23 juin 1963
La première attraction à utiliser des AudioAnimatronics.

Great Moments with Mr. Lincoln - New York World's Fair, 1964
La première attraction à utiliser un Audio-Animatronic de taille humaine, représentant Abraham Lincoln. Après la fermeture de cette foire où l'attraction fut présentée, celle-ci trouva sa place à Disneyland en 1965.

Space Mountain - Walt Disney World Magic Kingdom, 15 janvier 1975
Première montagne russe contrôlée par ordinateur. Ce fut également la première montagne russe construite dans un building, dans le noir.

Space Mountain - Disneyland Paris, June 1, 1995
Premier grand huit à catapultage sur une pente à 32°. Premier grand-huit accompagnée d'une musique synchronisée avec le circuit, grâce à des hauts-parleurs incrustés dans les trains, et une puce digitale réglant la vitesse de la musique. Premier grand-huit avec 3 inversions dans le noir complet.

Indiana Jones Adventures - Disneyland Californie, 1995
Premier ride utilisant le système EMV (Enhanced Motion Vehicle) permettant au véhicule contrôlé par ordinateur d'effectuer des mouvements d'un réalisme saisissant dans un environnement en relief.

Test Track- Epcot, 1999
Première attraction en son genre. Les visiteurs prennent place dans des voitures téléguidées effectuant un parcours à grande vitesse, au milieu de nombreux effets-spéciaux.

Mission:Space - Epcot, 2003
Première attraction utilisant les systèmes de centrifugeuse de la Nasa pour simuler les effets d'apesanteur dans une attraction

pour en savoir plus:
http://homepage.mac.com/wlwesq/Imagineering/faq.html

deuxième détail:

Ce logo est en fait celui de "true life adventure":

Les true life adventures étaient une série de documentaires animaliers crées par Walt Disney dont le premier vit le jour en 1948 intitulé "l'île aux phoques".Ce premier film documenaire fut tout d'abord refusé par la RKO puis diffusée dans un cinema de Pasadena dirigé par un ami de Walt.ce premier film fut ,par la suite ,nominé pour l'oscar du meilleur court metrage.Ce premier documentaire ouvrit la porte à de nombreux autres documentaires et ce durant plus de 10 années.
c'est d'ailleur là que Roy E Disney (neuveux de walt et figure emblématique de la société) fit ces débuts ; Il commença à travailler pour la Walt Disney Company en tant qu'assistant-éditeur sur les films documentaires True-Life Adventure en 1954.
Pour en savoir plus sur cette série:
http://www.imdb.com/keyword/true-life-adventure/
http://www.geocities.com/disney_laserdiscs/true.html


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:50

Le lustre situé à l'entrée d'Adventureland:



Ce superbe lustre affrant des lumières bleues est en fait un cadeau du Roi Hassan 2 du maroc pour notre resort parisien.

Sa Majesté le Roi Hassan II,


Né à Rabat le 9 juillet 1929. Il a reçu au Palais Royal les premiers enseignements de la science coranique.Après de brillantes études universitaires à Rabat et à Bordeaux (France), Sa Majesté le Roi obtint, en 1951, le Diplôme d'Etudes Supérieures en droit public.
Dès son plus jeune âge, Sa Majesté Hassan II évolua dans un environnement marqué par le patriotisme, l'héroïsme et la mobilisation. Son père, feu Sa Majesté Mohammed V, fit bénéficier son fils aîné d'une éducation conjugant la tradition avec la modernité et d'une formation fondée sur les valeurs arabo-islamiques et sur les
principes de la civilisation universelle.
Le 9 juillet 1957, Moulay Hassan fut proclamé officiellement Prince Héritier. Le 3 mars 1961, après le décès de Feu Sa Majesté Mohammed V, Moulay Hassan fut proclamé Roi du Maroc.Depuis son intronisation, Sa Majesté le Roi Hassan II a veillé à doter le Royaume d'institutions démocratiques représentatives au niveau national et local.
Sa Majesté Hassan II n'a cessé d'oeuvrer pour l'unification du Royaume et la consolidation de son indépendance et de son intégrité territoriale:libération de la province de Tarfaya (1958) et de la province de Sidi Ifni
(1969).Et,le 6 novembre 1975, La Marche Verte: répondant à l'appel de leur souverain, 350.000 volontaires franchissent la frontière artificielle entre le nord et le sud saharien du Royaume.
Père de famille, S.M. Hassan II ne cesse d'insuffler à ses cinq enfants la même ardeur dans l'acquisition du savoir et dans l'action en faveur de son pays et de son peuple.
Décédé le 23 juillet 1999. Près de deux millions de Marocains étaient rassemblés dans les rues de Rabat, la capitale, pour les funérailles du souverain. Les chefs d'État d'une cinquantaine de pays ont assisté aux obsèques dont le gouverneur général, Roméo Leblanc, qui représente le Canada. La plupart des dirigeants arabes, dont Yasser Arafat, ont assisté aux obsèques. Le souverain a été inhumé dans le mausolée royal aux côtés de son père le roi Mohamed V et de son jeune frère.


Revenir en haut Aller en bas
Thierry le Disneyen

avatar

Masculin
Age : 45
Messages : 10968
Localisation : secteur Carcassonne
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: 20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10) Ven 6 Juil 2007 - 17:51

place maintenant à une défunte boutique remplacé par l'Agrabah Café.

-La reine des serpents:


Tout d'abord boutique puis salon de thé ;dans sa caverne on pouvait y déguster des douceurs orientales et des spécialités marocaines dans un cadre feutré.
La reine des serpents est issue des contes des 1001 nuits.


Histoire de la reine serpent :

Il y avait autrefois, au temps où les hommes étaient avisés et sages érudit du nom de Daniel, qui longtemps avait espéré un fils. Mais enfin son rêve se réalisa, il était hélas bien vieux et tout près de la ir
Avant d'être emporté vers l'au-delà, il fait venir son épouse et « Hélas C'est maintenant qu'il me faut vous quitter toi et l'enfant qui va naître. J'ai peu de biens à lui laisser en héritage, mais puisse-tu avec l'aide d'Allah, lui donner le goût et l'envie de s'instruire et d'acquérir la sagesse... »
Hasib naquit peu après la mort de son père. Respectant la volonté du défunt, sa mère accorda la plus haute importance à son éducation et à son instruction et l'envoya à l'école dès l'âge de cinq ans.
Mais Hasib ne ressemblait en rien à son père; à l'école il était toujours le dernier, et paraissait incapable d'apprendre un métier. Sa mère était désespérée et ne savait plus que faire de lui lorsque quelques bûcherons de ses voisins lui proposèrent de l'emmener avec 't eux couper les arbres de la forêt.
A la grande surprise de tous, ce travail a l'air de plaire à Hasib. Infatigable, il aide à couper le bois et à le transporter, si bien que les bûcherons, fort contents de lui, lui proposent de travailler avec eux.
Un jour, en pleine forêt, ils sont surpris par un orage et vont chercher refuge dans une grotte obscure en attendant que la pluie cesse.
Assis dans un coin, à l'écart des autres, Hasib s'amuse à donner des coups de hache dans les énormes blocs de pierre qui sont à ses pieds. Étonné par les sons creux que cela produit, et pensant que sans doute ces pierres dissimulent quelque ouverture, il entreprend de les déplacer, et là, il ne peut retenir un cri en découvrant juste au-dessous de lui, une sorte de niche d'où s'échappe une délicieuse odeur de miel...
Aussitôt les bûcherons se précipitent, et l'un d'entre eux glisse sa main dans l'ouverture; ses doigts s'enfoncent dans une substance épaisse et poisseuse aucun doute, Hasib vient de découvrir un plein bassin de miel...
Les bûcherons ne perdent pas une minute pour profiter de l'aubaine et en tirer avantage. Ils courent chez eux chercher des jarres, des bassines de cuivre et tout ce qu'ils peuvent trouver, et tandis qu'Hasib garde
l'entrée de la grotte, ils vont et viennent, remplissant leurs récipients et vendant le miel jusqu'à la dernière goutte. De simples bûcherons qu'ils étaient, ils deviennent en quelques jours marchands, et c'est seulement alors qu'ils pensent à récompenser Hasib : c'était lui qui avait trouvé le miel. "Il n'y a qu'une chose à faire", dit le plus vieux d'entre eux après avoir longtemps réfléchi. « Il faut se débarrasser de lui. » Et tous les autres 'approuvèrent, car s'ils étaient devenus riches, ils étaient aussi devenus méchants et cupides...
Mettant à exécution leur funeste projet, ils proposent dès le lendemain à Hasib de le faire descendre au bout d'une corde dans le trou, pour en retirer les dernières gouttes de miel, et dès que ses pieds ont touché le fond, ils lâchent la corde, referment l'ouverture à l'aide de blocs de pierre, et s'en retournent à la ville en pleurant et en criant que le pauvre Hasib est mort, dévoré par les loups.
Or, tandis que sa mère sanglote et se lamente de la perte de son fils unique, Hasib, assis au fond du trou, cherche désespérément un moyen de s'échapper; enfin ses yeux rencontrent dans l'obscurité un faible rayon de lumière sur l'une des parois du trou. Comme il se dirige à tâtons vers cette lueur tremblotante, ses doigts rencontrent un pan de la paroi mal ajusté et qui semble céder facilement par une simple pression des mains. En fait Hasib a bientôt les mains en sang tant il est obligé de pousser pour finalement voir s'élargir le mince filet de lumière. Voyant ses efforts récompensés, il s'acharne de plus belle la paroi finit par céder et par lui laisser assez de place pour pouvoir passer... Il se trouve alors dans un étroit passage bien éclairé qui conduit à une immense porte de fer toute noire derrière laquelle brille une autre porte en argent ciselé fermée par une clef d'or... Hasib fait jouer la clef dans la serrure et ouvre la porte : là, devant lui, s'étend un lac d'un vert magnifique, Si étincelant qu'il peut à peine le regarder.
Or ce n'est pas un lac ordinaire. Et ce n'est pas la surface de l'eau qui brille d'un éclat aussi pur, mais une multitude d'émeraudes au milieu desquelles s'élève un trône d'or entouré d'une centaine de tout petits sièges Hasib essaye de les compter, mais à bout de forces, il se laisse bientôt envahir par le sommeil.
Qui sait depuis combien de temps il dort lorsqu'il est réveillé par d'étranges sifflements, comme s'il était entouré de milliers de serpents .. Hélas, il ne s'agit pas de milliers de serpents mais plutôt de dizaines de milliers. Ils sont assis sur les petits sièges et se balancent d'un côté et de l'autre, leurs méchants yeux noirs fixés sur lui...
Au milieu, sur le trône, un serpent à visage de jeune fille le regarde et l'interpelle : « Ne crains rien, Hasib. Ta destinée est liée à la mienne, et je ne te ferai aucun mal. Je suis la reine serpent, et je dois t'enseigner la sagesse car tel est mon destin; tu ne pourras retourner parmi les tiens que lorsque tu seras suffisamment sage et instruit... »
Hasib se demande un instant s'il n'est pas en train de faire un cauchemar, mais quand la reine lui fait apporter des fruits et de quoi se restaurer, il reprend confiance, et lui raconte ce qui lui est arrivé. « Tu ne connais pas encore les hommes », lui dit la reine quand il a terminé. « Désormais il te faudra m'écouter et apprendre jusqu'à ce que le monde commence a te manquer... »
Ainsi deux années s'écoulent, pendant lesquelles Hasib découvre et apprend toute la sagesse du monde, avant qu'enfin il ne se souvienne de sa maison et de sa mère. Alors il confie à la reine son désir de quitter le royaume des serpents pour s'en aller retrouver le monde. « Je savais que tu voudrais repartir un jour », lui dit la reine, « car c'est dans l'ordre des choses. Mais tu dois me promettre, car ma vie en dépend, de ne jamais entrer dans un bain public ni te montrer nu à qui que ce soit. »Hasib accepte, sans toutefois la comprendre, l'étrange requête de la reine, puis celle-ci le reconduit à travers les nombreuses galeries jusqu'à la surface de la terre, après l'avoir comblé de cadeaux. Aussitôt Hasib se hâte d'aller embrasser sa mère qui se met à pleurer
de joie en le voyant en vie et en bonne santé, elle qui l'avait cru mort années...
Même les bûcherons, qui sont maintenant devenus de riches marchands, lui font bon accueil et chacun d'eux lui donne une partie de sa fortune; ainsi Hasib devient en peu de temps un homme fort respecté. Aussi quoi de plus naturel qu'Hasib devienne très vite un habitué de la cour du sultan? Tous l'admirent pour l'étendue de ses connaissances, et il n'a que des amis excepté le vizir Schumur qui le jalouse secrètement..Or un jour, le sultan Karazdan contracte la lèpre, et personne pas même Hasîb, malgré son savoir, n'est en mesure de le soigner. Il advient alors dans le même temps que le vizir Schumur invite Hasib dans son hammam personnel... Celui-ci, bien qu'il ait toujours respecté le désir de la reine serpent, se trouve cette fois dans l'impossibilité de refuser l'invitation. Que dire au vizir? Il se rend donc au hammam, mais dès qu'il s'est déshabillé le vizir appelle ses gardes et le fait saisir. "Persistes-tu toujours à dire que tu ne connais aucun remède à la maladie du sultan ?"lui dit-il, et il ajoute « Tu as la peau de l'abdomen e, seuls ceux qui ont été initiés par la reine serpent portent que cette marque ».« Et quel rapport avec la maladie du sultan ? » demande Hasib étonné. « Je constate que tu n'es pas aussi instruit qu'on le dit », explique le vizir, « car il est écrit dans tous les livres qu'on ne peut guérir un lépreux qu'en lui faisant absorber un morceau de chair cuite de la reine serpent... Et comme tu es la seule personne qui sache où se trouve son royaume, tu vas immédiatement nous y conduire sinon le sultan mourra ainsi que toi-même. » Le malheureux Hasib ne peut qu'obéir, et il conduit le vizir et ses gardes jusqu'à la grotte. Très vite il retrouve les galeries et les passages et arrive bientôt à la porte d'argent où l'attend déjà la reine.
« Je sais ce qui t'amène, Hasib », lui dit-elle en l'accueillant, « et je sais aussi que je dois mourir, bien que j'aie tout fait pour empêcher un destin si cruel. Ne crains rien et emmène-moi au palais du sultan. »
A la grande stupéfaction des gardes, Hasib soulève la reine serpent dans ses bras et la conduit jusqu'au palais. Là, le vizir se hâte dans la chambre du sultan pour lui annoncer la bonne nouvelle, laissant la reine un instant seule avec Hasib.« Ecoute », lui dit-elle alors, « ce sont sans doute mes dernières paroles... Le vizir Schumur a fait le projet de te tuer. Quand il m'aura coupée en morceaux, il me mettra à cuire, et te demandera alors de recueillir l'écume dans une petite bouteille. Garde celle-ci précieusement, car peu après il te demandera de remplir une deuxième bouteille identique, prends bien garde de ne pas boire de celle-là ... »
A peine a-t-elle achevé sa phrase que le vizir revient avec un large couteau à la lame tranchante. Et tout se passe exactement comme elle l'a dit. Ainsi, au moment venu, le vizir dit à Hasib « Donne-moi la première bouteille d'écume, et toi prends la seconde. Trinquons ensemble pour devenir les plus sages parmi les sages...» Hasib, suivant les derniers conseils de la pauvre reine serpent, lui tend alors la deuxième bouteille. Mais dès que Schumur avale la première gorgée1 il tombe raide mort, pris à son propre piège...
Quant au sultan Karazdan, il recouvre peu à peu la santé après avoir absorbé la chair de serpent, et une fois complètement rétabli il fait d'Hasib son grand vizir, car qui dans le royaume pourrait montrer plus de sagesse que celui qui a appris de la reine serpent elle-même?...


Revenir en haut Aller en bas
 
20000 lieues sous Disneyland paris (format PDF dispo p 10)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 17Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney Central Plaza :: Les parcs à thèmes Disney :: Imagineering-