AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | .
 

 [Universal] Les Misérables (2012)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
innamoramento



Masculin
Age : 40
Messages : 1471
Localisation : Lyon (Caluire et Cuire)
Inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 8:36

@Presto a écrit:
J espère juste qu on l aura en France. Mais c est pas gagné. Vu le vide du film. :/

Après n'hésite pas à le commander sur amazon.uk ils livrent assez rapidement en principe avec peu de frais en supp je leur commande régulièrement des choses et j'y gagne souvent sur les prix français
Revenir en haut Aller en bas
innamoramento



Masculin
Age : 40
Messages : 1471
Localisation : Lyon (Caluire et Cuire)
Inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 8:39

Pour anecdote si suddendly est nommé aux oscar dans la catégorie chanson originale, c'est uniquement parce que c'est un titre inédit c'est la règle aux oscars les titres nommés doivent être inédit exemple "You must love me" pour "Evita" qui avait été crée uniquement au moment du film.
Revenir en haut Aller en bas
Dash
Modérateur


Masculin
Age : 30
Messages : 16195
Localisation : Val d'Europe
Inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 18:46

@Presto a écrit:
J espère juste qu on l aura en France. Mais c est pas gagné. Vu le vide du film. :/
Ben achète-le sur le site anglais. De toutes façons, ça change rien vu que s'il sort en France, ce serait exactement le même CD avec la même pochette.



Mon Bilan de l'année 2015 pour Disney !

Liste exhaustive de toutes les productions Disney ! Cliquez ici !
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquedisney.fr
GussGuss



Masculin
Age : 25
Messages : 2595
Localisation : Avec Jaq, dans les cuisines du Bistrot chez Rémy !
Inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 18:47

Je vois que je suis pas le seul apparement...
J'ai également apprécié Les Misérables, et je trouve définitivement que les critiques françaises sont bien trop dures avec le film.
Je crois bien que beaucoup de gens y sont allés en pensant que ce serait inspiré du roman de V. Hugo, et qu'il y aurait 6-7 chansons dans le film... alors que non bien sûr, le film est directement inspiré de la comédie musicale et donc tout est chanté...enfin bon pour eux, honnêtement ça a dû être un supplice de voir le film jusqu'au bout !
Je pense vraiment que pour apprécier ce film il faut aimer un minimum le style musical et chanté en général quoi, sinon on est vite dérangé par la longueur des chants.
Après c'est vrai que le film possède beaucoup d'erreurs à la réalisation par exemple, mais dans l'ensemble, j'en garde un bon souvenir, et j'ai quand même été émerveillé par pas mal de moments chantés (mention spéciale aux apparitions chantées de Miss Hathaway), et oui j'ai senti la longueur, mais j'ai jamais vraiment eu envie que ça se termine au plus vite.

Pour le coup, je me rangerais davantage du côté des critiques américaines, où par exemple le film récolte 70% d'avis positifs sur Rotten Tomatoes ! Bien meilleur que les vulgaires notes style 1/5 que l'on trouve dans toutes les critiques ciné en France...
Enfin bref, c'est sûr que quand les américains s'emparent d'une histoire écrite par un grand écrivain français, qui parle de la France et avec un titre français, il faut croire que les critiques françaises sont plus sévères et l'attendent au tournant...




Coffret Tron l'Héritage édition spéciale Fnac neuf sous blister, sur cette page.
Revenir en haut Aller en bas
Dash
Modérateur


Masculin
Age : 30
Messages : 16195
Localisation : Val d'Europe
Inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 18:53

Plus j'y pense, plus j'ai envie de le revoir.

Quand j'y pense, les défauts que j'ai évoqué, essentiellement le mal que j'ai eu à entrer dans le film durant les trente premières minutes, je pourrais aussi le dire pour Moulin Rouge ! que j'adore pourtant également mais qui, il faut l'avouer, met du temps à démarrer et est un joyeux bordel pendant de longues séquences (en même temps c'est voulu). Moi, c'est vraiment l'histoire d'amour qui me fait accrocher au film.

Finalement, Les Misérables lui ressemble sur ce point. Et je pense même préférer Les Misérables en fait.



Mon Bilan de l'année 2015 pour Disney !

Liste exhaustive de toutes les productions Disney ! Cliquez ici !
Revenir en haut Aller en bas
http://chroniquedisney.fr
Sugar Kane



Féminin
Age : 25
Messages : 365
Localisation : Wonderland
Inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 20:28

J'ai découvert la comédie musicale Les Misérables en 2011, peu après avoir vu The Phantom of the Opera à Londres. Moi qui aimait déjà l’œuvre originale (que j'avais lue en version abrégée lorsque j'étais en 3ème), je suis littéralement tombée amoureuse de ce spectacle. Avec ma sœur, nous écoutions le CD en boucle et connaissions les chansons par cœur. Peu de temps après, nous avons appris que Tom Hooper avait décidé d'en faire un film. Nous étions littéralement surexcitées. Nous avons suivi rigoureusement toutes les annonces de casting, les photos, les interviews, enfin bref, n'importe quelle information à se mettre sous la dent. Entre temps, nous sommes allées voir Les Misérables à Londres et l'expérience fut extraordinaire. Magique, même. Tout ça pour vous dire que ce film est cher à mon cœur et qu'il m'est impossible d'en parler de manière objective. Pour moi, l'adaptation de Tom Hooper est un véritable cadeau pour les fans.

Évidemment, je comprends tout à fait qu'il ne puisse pas plaire à tout le monde. Presque trois heures de film intégralement chanté, ça peut faire peur. D'autant plus que les capacités vocales des acteurs sont plutôt discutables, j'en conviens.

Personnellement, j'ai eu du mal avec Hugh Jackman qui a la fâcheuse tendance à hurler plus qu'il ne chante (je suis étonnée qu'il n'ait pas réveillé Marius avec son interprétation de "Bring Him Home" Rolling Eyes ). Russel Crowe m'a étonnée car il a une voix que je n'imaginais pas du tout pour Javert. Cette dernière est beaucoup plus douce et offre une sensibilité au personnage que je ne connaissais pas. Au final, j'ai bien aimé sa prestation, contrairement à de nombreuses personnes. Je ne suis pas non plus totalement convaincue par les Thénardier, et plus particulièrement par Helena Bonham Carter, qui me fait vraiment trop penser à Mrs Lovett. Je ne suis pas non plus fan de la voix de Marius (qui rappelle celle de Michael Ball, le Marius "original") mais je dois reconnaître qu'il sait chanter et que son jeu d'acteur est très bon. Sa performance sur "Empty Chairs at Empty Tables" est d'une justesse incroyable, il n'aurait pas pu mieux interpréter cette chanson. Enfin, j'ai adoré la prestation d'Anne Hathaway qui me donne à chaque fois les larmes aux yeux.

À noter qu'Aaron Tveit (Enjolras) et Samantha Barks (Éponine) sont excellents dans leurs personnages. Tous deux sont des habitués des comédies musicales et ça s'entend! Et pour l'anecdote, Colm Wilkinson (l'évêque) est le tout premier interprète de Jean Valjean sur la scène londonienne (c'était en 1985).

Comme le dis GussGuss, la réalisation n'est pas parfaite mais ça ne m'a pas dérangée. Du moment que les émotions sont transmises, pour moi le pari est gagné. J'ai été comblée par de nombreuses chansons, notamment "Paris Look Down", "Do You Hear the People Sing" et même "The Confrontation", que j'ai adorée.

Tiens, je n'étais pas au courant que la version deluxe du CD était disponible en pré-commande, innamoramento!
Merci pour l'info! Wink

D'ailleurs, un livre "From Stage to Screen" est disponible si ça vous intéresse : http://www.amazon.fr/Les-Miserables-From-Stage-Screen/dp/1476886830/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1361474519&sr=8-1



Revenir en haut Aller en bas
GussGuss



Masculin
Age : 25
Messages : 2595
Localisation : Avec Jaq, dans les cuisines du Bistrot chez Rémy !
Inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 21:40

En attendant, si vous êtes en manque du film, je vous conseille d'écouter l'album disponible sur Deezer : http://www.deezer.com/fr/album/6189738
Pour le coup la musique et les chansons rappellent bien le film vu qu'il n'y avait que ça ! Smile




Coffret Tron l'Héritage édition spéciale Fnac neuf sous blister, sur cette page.
Revenir en haut Aller en bas
innamoramento



Masculin
Age : 40
Messages : 1471
Localisation : Lyon (Caluire et Cuire)
Inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Jeu 21 Fév 2013 - 21:54

Je confirme, j'ai fais une commande sur Amazon.UK dimanche dernier reçu sans souci ce matin, donc pour la version complète de la Bo des misérables n'hésitez pas
Revenir en haut Aller en bas
Eaël



Masculin
Age : 28
Messages : 1009
Localisation : Nantes
Inscription : 05/07/2010

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 5:07

Dash, ce que tu as dit sur Moulin Rouge est tout à fait vrai, enfin, en tout cas, c’est complètement ce que j’avais ressenti. Aujourd’hui, c’est un de mes films préférés, mais quand je l’ai vu la première fois, jusqu’à ce que je rentre dedans, j’ai cru que j’allais couper le film. Au final, maintenant que je connais bien ce début, je sais l’apprécier, mais ça reste très… « loufoque » et électrique.

Sugar Kane, j’ai beaucoup aimé ta critique ! J’ai particulièrement apprécié la façon dont tu as situé ton approche du film par rapport à ton « vécu », à ta découverte du musical, etc.

J’ai lu toutes vos critiques et je constate que le film est plutôt bien reçu sur DCP, même très bien reçu. Ce qui est une bonne nouvelle pour lui, car comme vous l’avez tous fait remarquer, il reçoit un accueil vraiment glacial de la presse française et plutôt perplexe d’un grand nombre de spectateurs dont, malheureusement, je me retrouve à grossir les rangs…

Je pense que, si je n’avais pas à ce point tenu à voir ce film malgré mon mauvais pressentiment grandissant, j’aurais écrit un post absolument identique à celui de yoda.

Trois jours après l’avoir vu, j’ai eu le temps de digérer le film et donc d’accoucher d’une critique…

-------------------------------------------------------------------
Quelques remarques d’ordre général
A propos du roman
- Je n’ai malheureusement pas lu le livre. Il est dans ma liste, comme beaucoup d’autres encore, et je compte bien le lire dès que j’aurai lu d’autres livres que j’ai achetés depuis longtemps. Donc, de ma part, vous n’aurez pas le droit aux « C’est pas fidèle » ou je ne sais pas quoi, parce que je ne peux tout simplement pas me permettre de le dire, je n’ai pas lu. Après, certes, je connais quand même bien l’histoire et même plusieurs détails de l’histoire, parce que j’ai eu l’occasion d’étudier l’œuvre et de voir de précédentes adaptations, mais pas de quoi me situer en lecteur.

A propos du débat sur la fidélité au roman
- Comme il s’agit d’une énième adaptation, l’éternel débat sur la fidélité revient encore en force ; normal. Parce que selon le côté où on se situe, le regard sur un film change radicalement. Ma position sur le sujet est plus nuancée que cela (il peut y avoir de belles infidélités ou des infidélités nécessaires), mais pour faire simple : je suis plutôt un partisan de la fidélité maximum. Quand je lis un livre et qu’il m’arrive de me dire « j’aimerais bien le voir en film », je pense tout de suite à un film qui sera l’exacte transposition de ce que je lis, avec pour plaisir de voir la même œuvre exactement, mais avec la plus-value qu’apportent l’image, la photographie, la musique, les jeux de caméra, l’interprétation des acteurs. Après, au-delà de la fidélité, il y a simplement les choix artistiques. On peut admirer un film pour sa fidélité à l’œuvre qu’il adapte mais néanmoins bloquer sur certains choix (la tête d’un acteur qui ne nous revient pas ou ne nous semble pas judicieux pour le rôle, une musique décevante, une photographie trop ou pas assez soignée…). Dans le cas précis des Misérables, j’ai rarement vu autant de spectateurs dire « C’est fidèle », « c’est comme dans le livre ». Il y en a un si grand nombre que j’en viens à soupçonner que quelques menteurs ou mythos se sont planqués dans le lot. Dans ce pays qui ne lit presque plus (en tout cas, pas des classiques, malheureusement…), on ne va pas me faire croire que 50% des spectateurs d’Allo-ciné ont lu les 1500 pages des Misérables ! C’est à la fois l’immense force et la terrible faiblesses de sur-classiques, d’œuvres cultes comme les romans d’Hugo : ils sont tellement connus, adaptés, parodiés, cités ou commentés, qu’ils s’enracinent dans l’inconscient collectif et il en résulte que tout le monde croit tellement connaître, maîtriser l’histoire, que personne n’a plus la motivation ou l’envie ou le besoin ou la curiosité de s’y plonger, de lire le livre, comme si tout le monde avait l’impression de l’avoir déjà lu. Alors, c’est sûr, si des spectateurs qui n’ont pas lu une page du roman mais qui connaissent comme nous tous, le destin tragique de Fantine, la maltraitance de Cosette, la mesquinerie des Thénardiers, Valjean prisonnier au grand cœur, Javert représentant d’une justesse froide et psychorigide, Gavroche l’enfant des rues qui crève devant les barricades en chantant « C’est la faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau », si tous ceux qui connaissent ça sans avoir lu (soit la plupart d’entre nous) se permettent le diagnostic « c’est fidèle », on n’est pas sortis de l’auberge ! Parce qu’heureusement qu’il y a tous ces persos, ces éléments, sinon, là, ce ne serait même plus les Les Misérables. La fidélité passe par un respect de la trame du roman, des scènes, etc., mais plus encore, elle passe, selon moi, par un respect de « l’esprit » du livre, de l’œuvre. Et là, pour le coup, il me semble qu’il faut vraiment s’être immergé dans l’univers de l’écrivain pour juger correctement, parce que c’est beaucoup plus abstrait, c’est au-dessus des faits, c’est impalpable, mais ça se ressent parfaitement. Chaque personnage a son « esprit », et donc, normalement, même si on modifie un peu ses paroles ou qu’on coupe certaines de ses scènes, si on ne trahit pas son « esprit », ce n’est pas trop dramatique.

A propos des comédies musicales
- Comme on lit beaucoup « Si vous n’aimez pas les comédies musicales, ce film n’est pas pour vous » ou encore « J’ai adoré, mais bon, en même temps, j’adore les comédies musicales », je tiens à donner ma position par rapport aux comédies musicales pour éclairer ma critique.
Je ne suis pas un fan absolu des comédies musicales, je le reconnais. Je ne cours pas après, disons. Le fait qu’un film soit une comédie musicale ne va pas du tout m’attirer vers lui. C’est encore et toujours l’histoire qui joue ; si c’est une comédie musicale, tant que l’histoire m’attire, je tente le coup.
Comme je le dis souvent, je ne suis du tout branché chansons en général, je ne sais pas pourquoi, la chanson, ça a du mal à me toucher voire ça m’énerve, j’ai une prédilection quasi-exclusive pour l’instrumental. Déjà, enfant, j’avais énormément de mal avec les passages chantés dans les Disney, c’était ma seule réserve vis-à-vis de certains. Mais ça dépendait des chansons et du film. Par exemple, « Ce rêve bleu » ou « L’amour brille sous les étoiles », pour moi, gamin, ça a été un calvaire absolu et aujourd’hui encore, je ne supporte pas. En revanche, les autres chansons d’Aladdin ou les chansons de Tarzan ou celles de La Belle et la Bête, ça va. Hors Disney, j’aime beaucoup les chansons d’Anastasia, et, pour revenir à Disney, cette petite réticence pour les chansons ne m’a pas empêché d’adorer et de revoir régulièrement Marry Poppins ! Tant que l’histoire me plait, déjà et que les musiques ne me donnent pas envie de me défénestrer, ça passe sans problème. D’ailleurs, parmi mes films préférés, il y a deux comédies musicales : Singin’in the Rain et Moulin Rouge. Et sinon, j’aime beaucoup les films Le Fantôme de l’Opéra, Sweeney Todd (même si je n’aime pas trop les musiques, un peu trop fadasses à mon goût, mais l’histoire et l’esthétique Burton m’ont séduit ; le film aurait pu être un de mes préférés de Burton s’il n’avait pas été musical) ou encore Mamma Mia. Donc, je ne suis pas un allergique absolu, ni un inconditionnel. Je traite les comédies musicales au cas par cas, et il y en a certaines qui sont dans mon panthéon aussi bien pour le film que pour la musique. Alors, pourquoi pas Les Misérables ?

A propos du téléfilm de TF1 en 2000
- Enfin, pour finir, je ne pars pas vraiment de zéro avec Les Misérables. Si je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le roman, en revanche, j’ai déjà vu deux adaptations. D’abord, celle de 1982 avec Lino Ventura, qui m’a traumatisé à l’adolescence tellement je l’avais trouvé glauque et vieillotte. Ensuite, la fresque télévisuelle de TF1, réalisée par Josée Dayan et diffusée en 2000, avec Gérard Depardieu, Christian Clavier et John Malkovitch. Cette dernière, en revanche, m’a énormément plu, les personnages m’ont fasciné et je me suis même pris le DVD ! (je peux vous dire que moi qui non seulement aime un film ou un téléfilm dramatique français mais qui, en plus, l’achète, ça tient du prodige !). Donc, j’ai été très marqué, influencé et séduit par cette adaptation et nul doute qu’elle a beaucoup pesé dans ma vision de cette histoire.

Voilà. Tout cela peut sembler un vaste bavardage futile en guise de prélude, mais ça anticipe sur des questions ou des protestations que pourrait susciter ma critique. Mon avis ne vient pas de nulle part, il découle de tout cela à la fois, donc cela me semble important de le situer. Ceci étant dit, j’entre enfin dans le vif du sujet.

Verdict
Pour commencer, lâchons le morceau et disons les choses clairement : je n’ai pas aimé ce film et il ne m’a pas du tout transporté. Simple impression personnelle.
En disant cela, j’ai la coupable et désagréable impression de « pourrir le groove » de tous ceux qui sont si enthousiastes, si enchantés par ce film, et donc je me sens un peu dans le mauvais rôle du rabat-joie qui vient péter l’ambiance avec ses remarques ronchonnes. Il n’en est rien. Je ne donne pas mon avis pour convaincre (jamais, en cinéma), mais simplement pour le partager et éventuellement engager une discussion intéressante autour du film. Je n’ai pas un instant la prétention que mon avis vaut mieux qu’un autre et il aurait pu être tout aussi bien l’opposé. Cela s’est joué à peu, en effet, quand on sait tout ce que je viens d’expliquer : le fait que j’adore l’histoire des Misérables, que j’aime bien les comédies musicales, sans parler de toutes les excellentes prédispositions avec lesquelles partait ce film et qu’on ne saurait lui discuter : un casting prestigieux, une photographie sublime, un réalisateur oscarisé, un musical qui triomphe depuis des années…
Alors, malgré tout ça, qu’est-ce qui a merdé chez moi ? Qu’est-ce qui m’a fait passer à côté de l’extase que je ne demandais qu’à connaître avec les autres fans ? Mes reproches à l’encontre de ce film et ce qui fait que je ne suis pas rentré dedans sont, je le crains, tout à fait les mêmes que ceux qu’on lit à longueur de pages sur plusieurs sites de critiques, que ce soit de la presse ou des spectateurs les plus sceptiques. Vous devez donc déjà les voir venir !

La musique
- Bon, pour commencer, problème « technique » plutôt gênant quand on est face à une comédie musicale (genre contre lequel je n’ai pas d’animosité particulière, je le rappelle) : je n’ai pas du tout aimé la partition du film. Pour moi, ça s’est partagé entre, d’un côté :
1) Les mélodies « principales », les thèmes principaux (I dreamed a dreamLook downHear the people sing), bien identifiables, qui sous-tendent tout la partition et que, personnellement, j’ai trouvé sympas, pas géniales non plus. Ma préférée reste Hear the people sing, qui a un certain souffle et incarne une belle musique révolutionnaire. J’ai bien aimé Look Down dans sa version « beggars », avec Gavroche. Le problème, c’est que, bien qu’étant les thèmes principaux, ces thèmes ne sont pas assez présents sur 2h30 de films, au milieu du déluge des autres chansons…
Bref, posséder l’intégralité de la BO commerciale ne m’intéresse pas et, évidemment, encore moins la « complete ». Néanmoins, petit bilan des pistes que j’ai gardées :
*« At the end of the day »
*“Lovely Ladies”
*“Look down” (Version “The beggars & Gavroche”)
*“Do you hear the people sing”
*“Do you hear the people sing” (Final version)
*« End Credits, Part I »
Cela fait donc 6 pistes au total (sur 61 dans la complete) et un total de 22 minutes, sur les 2h30 de musique. Quand on voit ça, on comprend mieux pourquoi je garde un mauvais souvenir de la musique, puisque seulement moins d’un quart de la partition m’a plu.

2) Toutes les autres chansons, avec tout particulièrement toutes ces phases vraiment fadasses et laborieuses durant lesquelles les persos sont en équilibre précaire entre la chanson et le dialogue, semblent chanter pour chanter, sans mélodie très claire. Ca, j’ai trouvé ça atrocement pénible et j’avoue que je n’ai pas compris. Vous allez me dire, mes chers amis, qu’il s’agit d’une comédie musicale. Bien sûr, mais quand je pense à Singin in the rain, Moulin Rouge, Phantom of the Opera ou meme Sweeney Todd, on n’y trouve pas cette tentative désespérée de maintenir la musique à tout prix tout le long de l’histoire. Les chansons sont séparées par des phases de dialogues ou instrumentales qui permettent de faire avancer l’intrigue à des moments où chanter serait superflu, malvenu, ferait seulement office de transition un peu poussive. Ces films ou ces show ont eu la décente idée de ne pas trop tirer sur la corde jusqu’à l’absurde, mettant d’autant plus en valeur les chansons qu’elles se détachent du reste et interviennent à des « temps forts », des « climax », à point nommé, font office de « climax » sans créer de monotonie dans la partition. La plupart des films que je cite ont, comme les Misérables, été des spectacles sur scène donc le fait de ramener toujours le film a sa nature antérieure de musical à Broadway ne me semble pas justifier l’omniprésence contre-productive de la musique, puisque les autres ne l’ont pas fait, me semble-t-il.

Je suis prêt à admettre que mon manque de totale adhérence à la chanson en général m’ait pénalisé pour supporter le déluge vocal du film, mais comme d’autres pas aussi insensibles que moi à la base ont aussi eu du mal, je me dis que ce n’est peut-être pas que moi. En tout cas, dans le dernier tiers du film, j’ai commencé à avoir une migraine qui n’a cessé d’amplifier. A peine un personnage s’arrêtait-il de chanter qu’un autre entamait un refrain. C’était un supplice pour moi. Je le dis tel que je l’ai ressenti, je ne prétends pas que c’est objectif. Mais je l’ai clairement ressenti ainsi. Je n’en pouvais plus.

Orgie de pathos ou la pose tragique sur-exploitée
- Autre point principal qui m’a posé problème et qui se trouve être étroitement lié à la surabondance de chansons : j’ai trouvé le film beaucoup trop emphatique et larmoyant. Ca me fait un peu bizarre de dire ça, car je ne recule pas devant l’émotion d’habitude, mais là… il y a une orgie écœurante d’émotions. Il y a un phénomène de superposition très dommageable entre 1) les scènes qui, en elles-mêmes, ont une certaine charge émotionnelle, 2) Les chansons et leur paroles 3) La gestuelle et les expressions des acteurs pendant qu’ils chantent. Trois choses qui, combinées, créent un surdosage létal pour l’émotion alors que, paradoxalement, cela cherchait à la pousser à son maximum.

Pendant deux heures trente, on regarde une histoire qui porte en elle énormément de scènes touchantes, de moments pathétiques, de tristesse, de misère humaine, de grands sentiments, de charge émotionnelle. Mais à cela s’ajoutent des chansons et tout ce qui va avec : des airs mélancoliques, et enfin des paroles déchirantes sous forme de complaintes qui superposent à tout cela une sorte de « méta-commentaire » très envahissant et un peu trop « lourdingue » qui agit comme un stabilo fluorescent repassant sur chacune des émotions qui crève déjà l’écran. On a une scène qui suinte la tristesse. On a un personnage qui, en conséquence, sombre dans la tristesse. Mais on a en plus une musique d’une profonde tristesse et par-dessus les paroles emphatiques du personnage qui hurle sa tristesse au monde dans un monologue plaintif et larmoyant. Pendant 2h30, ça pleure, ça gémit, ça sanglote, ça implore Dieu, le tout dans d’interminables gros plans et/ou plans fixes (critique qui revient aussi chez les spectateurs) qui, du coup, ne nous laissent pas rater une miette de ce spectacle de la misère dans une pose tragique des plus décomplexées, la caméra presque collée aux visages grimaçants et maculés de larmes, aux bouches qui geignent, pleurnichent et s’époumonent. C’est l’overdose de pathos, ça devient indigeste, pesant, caricatural, comme une tragédie surjouée et tire-larmes.

En écrivant cela, j’ai bien conscience que cela ne concerne que moi et plusieurs autres spectateurs et qu’au contraire, cela a parfaitement fonctionné sur beaucoup d’autres. Le plus « facile » serait de tirer des conclusions sur la sensibilité des uns et des autres. Et d’ailleurs, c’est ce que beaucoup ne se sont pas gênés pour faire, des fans passionnés qui ripostaient aux critiques les plus sévères en usant d’ad hominem tels que le fameux « Si vous ne pleurez pas devant ce film, vous n’avez pas de cœur ! ». Remarque arrogante qui vise à moucher ou convertir le spectateur le plus sceptique en le « culpabilisant » du fait de ne pas pleurer ou être suffisamment touché, reportant une potentielle défaillance du film sur une défaillance imputée au spectateur. Ce procédé est courant, et un peu désespéré.

Le film pour lequel on m’a le plus fait le coup, c’est Le Tombeau des lucioles. Le film pour lequel on m’a bassiné pendant des années, en me le vendant comme LE film LE plus émouvant de la terre, capable de tirer des larmes à n’importe qui, et c’est limite si je m’attendais pas à lire sur la jaquette du DVD : « Le film qui a fait pleuré Saddam Hussein ! ». J’ai fini par le voir et, même si je l’ai trouvé sympa, je n’ai vraiment pas été ému. Sans doute qu’on m’avait trop monté le bourrichon, mais je pense aussi que, de toute façon, il y avait le fait que plus on s’achemine vers la fin, plus les éléments tragiques s’accumulent, s’empilent et ça finit par devenir excessif, trop emphatique, comme si le film devenait un peu sa propre caricature ou sa parodie. Le film semble forcer l’émotion et il en fait trop, ce qui a pour effet de la tuer, selon moi.

Je pense que c’est à peu près ce qui s’est passé avec Les Misérables dans mon cas. « Braquer » les gens avec des phrases genre « Si tu pleures pas devant …, tu es… », c’est aussi bête que dire « Hugo se retourne dans sa tombe ». L’émotion, c’est très personnelle, évidemment. On n’est pas touchés devant les mêmes trucs. Je ne pleure pas beaucoup ou presque jamais devant les films (c’est un film que je porte profondément dans mon cœur, et je suis un passionné de l’histoire du paquebot, mais je n’ai jamais pleuré devant Titanic, par exemple), néanmoins, j’ai craqué pour certains. Ce n’était donc pas pour Les Misérables ou Le tombeau des lucioles mais pour La Ligne Verte, la fin de Toy Story 3 et Le Seigneur des anneaux : le Retour du Roi (quand Sam porte Frodon sur ses épaules ou à la fin quand tout le monde s’agenouille devant les quatre hobbits avec le magnifique thème d’Howard Shore entonné triomphalement, sans parler du retour à la Comté ou des adieux aux Havres Gris), entre autres. Donc, je peux être extrêmement touché (très souvent) et même pleurer (parfois). Mais là, ça n’a pas pris. La faute, il me semble, à ce que je disais plus haut.

Le casting
Il est prestigieux, aucun doute là-dessus. En revanche, dès que j’ai entendu parlé du film, il y a plus d’un an, j’avoue que j’ai été très surpris et même un peu déçu par le choix des acteurs. Là, c’est tout à fait personnel, car ça correspond à ma « vision mentale » des personnages, dans mon imaginaire, mais pas que. En fait, je suis aussi, je l’avoue, énormément sous l’influence du téléfilm de TF1 dont, bien avant que je le voie, j’avais salué le superbe casting, extrêmement intuitif et judicieux au niveau de la distribution.

Quand j’ai appris qu’il y avait Russel Crowe, j’étais sceptique ; mais comme je le vois comme un acteur à la fois costaud, bourru mais tout à fait susceptible d’aspirer l’empathie et la tendresse, avec un côté un peu bonhomme (de bonnes dispositions pour jouer Jean Valjean), j’ai eu un « choc » quand j’ai appris qu’il jouerait Javert car il n’avait pas du tout le bon physique, selon moi.

Pareil pour Jackman que j’aime bien, mais qui ne me semblait pas du tout taillé pour jouer Valjean ou avoir la carrure. Valjean est à la fois une force de la nature (sa force herculéenne qui le fait reconnaître par Javert), un homme imposant dont le physique peut inspirer la crainte, et en même temps, un homme un peu « nounours », avec lequel on peut se sentir protégé et qui peut dégager une certaine tendresse. Lino Ventura avait cela ; et, plus encore à mon avis, Gérard Depardieu avait cela ; il était un Jean Valjean idéal, évident. Hugh Jackman, bien qu’ayant interprété Wolvérine, me semble trop « fluet », encore trop fringuant et « top model » pour jouer le rôle.


Quant à Javert, la prestation de John Malkovitch dans ce rôle me fascine toujours et partage largement la star avec Depardieu tellement il rayonne de charisme avec, pourtant, un personnage extrêmement sombre. Rien à voir avec Russel Crowe. Malkovitch, grâce à son physique (son teint très pâle, ses joues creuses, ses petits yeux mesquins et comploteurs, son long manteau noir), son jeu et son doublage incroyable (d’un flegme et d’une placidité à vous figer sur place) insuffle à son personnage une froideur et un cynisme absolument saisissants qui fascinent autant qu’ils effraient. Déjà que Russel Crowe ne fait pas l’unanimité ; mais quand en plus on a vu Javert interprété par Malkovitch, on a l’impression que Javert, c’était lui, que Hugo avait forcément quelqu’un comme ça en tête tellement ça colle.

Pareil pour Thénardier ; Christian Clavier est un choix génial pour le rôle ; Clavier a une diction très nerveuse, une façon de parler, un débit très particuliers qui se prête extrêmement bien aux personnages un peu faux, sournois, « rageux », et l’entendre prononcer les répliques acerbes de l’aubergiste malhonnête est jubilatoire.


La triade de rôles principaux, les plus importants, me semble donc beaucoup plus pertinente dans l’adaptation de TF1. Pour les autres rôles, c’est moins évident, mais cela reste du très bon, selon moi. Je pense à Charlotte Gainsbourg que, normalement, je n’apprécie pas du tout (mais vraiment pas du tout !), mais à qui le rôle de Fantine va tristement bien, tellement elle a la tête de l’emploi pour jouer les filles paumées et à moitié ravagées. Je suis beaucoup plus sceptique par rapport au choix de Virginie Ledoyen pour Cosette (déjà, parce que, c’est bien connu, Cosette est blonde ! C’est tout bête, mais c’est une caractéristique marquante du personnage). En tout cas, je trouve la cosette enfant absolument parfaite dans le film de Hooper, très convaincante et exactement telle que je l’imaginais, avec un faux air de Dakota Fanning quand elle était petite. Marius, j’avoue, entre celui du film et celui du téléfilm, je ne saurais trop lequel choisir tant les deux me semblent vraiment tout sauf séduisants et sans charisme. Par « dépit », je pencherais sans doute pour celui du téléfilm, parce qu’au moins, grâce à cette adaptation, on a davantage l’occasion de l’écouter, de le découvrir et d’entendre quelques belles répliques de lui.


J’ai digressé sur le casting du téléfilm réalisé par Josée Dayan en 2000, mais c’est parce que ça explique en bonne partie pourquoi je n’ai pas accroché au film. En plus de tous les travers que j’ai déjà cités, j’avoue que j’étais trop sous le charme et l’emprise d’une précédente adaptation qui me servait de référence et de laquelle j’avais un mal fou à me détacher. Pourtant, je restais ouvert, puisque je me disais justement : « Comme on a déjà une adaptation que j’adore, pourquoi ne pas découvrir une autre vision, moins fidèle mais qui apportera un autre regard, une lecture intéressantes, d’autres qualités ». Mais voilà, ça n’a pas suffi…

Un film qui sent un peu l’anti-sceptique
Comme un certain nombre d’entre vous, j’ai été un peu… déconcerté par les premières minutes du film. Cet immense navire pris dans la tourmente d’une tempête pas assez violente pour camoufler le déluge d’effets spéciaux qui nous tombe sur les yeux à ce moment-là, j’ai trouvé que tant de démesure, d’images de synthèse formaient un début bien arrogant et sans la moindre humilité par rapport à son sujet. Je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : « Ah, là, là, sacrés ricains ! On sent bien leur patte ! » (oui, je sais qu’Hooper est anglais, mais son film est à la sauce américaine).

Si mon impression n’a pas persisté à un tel degré tout au long du film, elle a persisté néanmoins, du fait d’une photographie évidemment magnifique, très soignée, très « poétique », mais du coup, trop travaillée, trop retouchée, qui embellissait trop la laideur et, du coup, enlevait beaucoup d’authenticité au film et à son univers. Je suis très client des films à l’esthétique soignée, j’y suis très sensible et chez Zack Snyder, j’adore ! Mais entre les histoires et l’univers de Snyder et les Misérables, y’a un monde. Tout ce déploiement d’images retouchées ne sert à rien si ça ne sert pas pertinemment l’esprit de l’histoire. Or (et on sera peut-être amenés à en débattre ensemble), selon moi, avoir trop esthétisé ce film a nettement contribué à dénaturer l’histoire, à édulcorer son contenu, à tricher avec la dureté de son propos.

C’est une « faute » commune au cinéma, particulièrement dans le cinéma américain si soucieux de cela (ce que je cautionne complètement dans 99% des cas). Le cinéma, étant un art visuel, a énormément de mal à jouer franchement avec la laideur. Et quand laideur il y a, on triche souvent avec, on la camoufle, l’atténue, la sublime ou l’édulcore autant que possible. Longtemps, en littérature, la laideur n’a pas eu sa place non plus. On estimait que certaines choses ou certains sujets n’avaient pas leur place en littérature. On peut dire qu’Emile Zola a été un des premiers à frapper très fort dans le domaine, en n’ayant pas peur d’inviter la laideur (sans artifice ou tricherie) dans la littérature, et on sait quels ennuis ça lui a valu à l’époque. Un peu avant, il y a eu aussi Baudelaire, avec des poèmes décrivant les rues crades et puantes de Paris, ou la fameuse « Charogne ». Victor Hugo avait déjà initié ce tournant vers la laideur avec, bien sûr, le célèbre personnage de Quasimodo, ou encore Gwynplain dans L’homme qui rit et enfin, le Paris des misérables dans le roman éponyme, un Paris encore moyenâgeux, avec le pavé moite et glissant, des ruelles étroites et sombres bien avant les grands travaux d’Haussmann et leurs boulevards aérés [d’ailleurs, fait extrêmement intéressant au regard des émeutes dans le film : les grands travaux d’Haussmann visant à aérer la capitale et à percer de larges boulevards à travers la ville en supprimant les petites rues n’avaient pas qu’un but de salubrité, mais aussi un but politique tacite : l’étroitesse des rues les rendait trop facilement « blocables » par des barricades et donc favorisaient les soulèvements, les insurrections et les révolutions. Elargir les rues, c’était affaiblir le peuple en cas d’émeute, laissant la place pour que la garde nationale fasse son sale boulot de répression…].

Le côté « édulcoré » du film ne se ressent pas que dans sa photographie sur-esthétisée. Je l’ai ressenti aussi dans le traitement des personnages parfois extrêmement simplifiés dans leurs motivations ou leur personnalité. Cela est particulièrement frappant avec Eponine Thénardier, qui perd toute l’ambiguïté qu’on lui trouve dans le téléfilm qui me sert de référence (et qui est considéré par de nombreuses sources comme ce qu’on a fait de plus fidèle en adaptation). Eponine, même amoureuse de Marius, ça reste une Thénardier ; différente, mais tout de même, un peu « border line ». Là, elle devient la grande amoureuse éplorée, piégée dans la « Friendzone », invisible pour celui qu’elle aime. Ca embellit le personnage et l’appauvrit beaucoup psychologiquement. Je l’ai ressenti aussi, dans une très moindre mesure avec Fantine. C’est un personnage plutôt réussi dans le film, mais comme les origines de sa pauvreté son éludées ainsi que son errance et sa rencontre avec les Thénardier, le personnage est réduit aux derniers jours de sa vie. Dans ce film, Fantine m’a semblé très « touchante », « victime innocente ». Or, dans le téléfilm, tout en étant aussi attendrissante et à plaindre, elle a néanmoins un « charisme » différent, plus « mitigé » ; elle fait un peu pauv’fille paumée, sorte de « cas soc’ » des temps passés victime d’une naïveté telle qu’on la trouve en partie responsable de sa propre chûte.

Le fait que le film ne tienne que sur des chansons (étant elles-mêmes limitées dans un « format », une structure et une durée déterminées), cela force l’histoire à prendre d’énormes raccourcis aussi bien scénaristiques que psychologiques et moi, personnellement, ça m’a beaucoup gêné. Je voyais des pans d’histoires passer à la trappe, sans parler de magnifiques dialogues issus du roman qui, à cause des chansons (qui ne rivalisent pas avec le style d’Hugo, je le crains), n’avaient pas leur place dans le film. Alors, forcément, je dis cela d’un film de 2h30 adaptant un livre de 1500 pages. Et, les contraintes du cinéma n’étant pas celles de la télévision, le téléfilm de TF1 a, lui, eu 4 épisodes en long-métrage pour s’épanouir, soit plus de 6h40 de visionnage. Forcément, on ne peut, en toute bonne foi, comparer deux films qui ont à ce point eu des contraintes de production diamétralement opposées. Mais le fait est là, implacable ; une histoire est racontée, et cette histoire, c’est avec le téléfilm que j’ai préféré, de loin, de très loin, la voir raconter pendant 6h40 et surtout, avec le trio Depardieu-Malkovitch-Clavier, qui me semble idéal, parfait, difficile voire impossible à détrôner à mes yeux pour camper la triade héroïque de ce roman. De plus, ce téléfilm s’illustre par une demi-mesure parfaite au niveau de la réalisation. La photographie est soignée, mais juste ce qu’il faut, la réalisation est sobre sans sombrer dans la fadeur ou le dépouillement qu’on voit trop dans le cinéma français.

Viva la Revolucion !


Un truc que j’ai bien aimé et trouvé assez réussi dans le film de Hooper, en revanche, c’est le côté « soulèvement du peuple » (paradoxal quand on sait qu’Enjolras et sa bande sont justement abandonnés dans leur insurrection par le peuple de Paris). C’est dû en partie à la chanson « hear the people sing », à la partie barricades qui a été bien développée, là aussi « embellie », « sublimée » par la photographie et les décors (c’est autre chose que la barricade de TF1, c’est sûr…). On sent quelque chose, un souffle. Mais là, c’est peut-être aussi mon côté révolutionnaire et un brin anarchiste qui parle. Cet aspect de l’histoire bénéficie aussi d’un traitement très « idéalisé » dû au regard étranger (anglo-saxon) porté sur notre Histoire, notre patriotisme, nos révolutions pour la liberté, celles qui ont fait la gloire, le renommée et la réputation tumultueuse de la France pendant longtemps et qui fini par faire partie intégrante de notre folklore national nous servant de vitrine aux yeux du monde. Cette « imagerie » complètement fantasmée et stéréotypée explose dans la scène finale avec cette barricade complètement démesurée (là, pour le coup, on délire complètement ; mais le délire est beau, bien sûr). Aurore immaculée sur Paris, barricade monumentale, personnages et figurants réunis, drapeaux tricolores qui s’agitent dans l’aube et chant fraternel, le lyrisme politique nous éclabousse et je me suis surpris à regretter qu’il n’existe pas un film de poids sur la Révolution Française (thème qui me passionne).


En guise de conclusion
Je suis le premier que ça étonne et à ne pas m’en remettre, mais je me retrouve donc à préférer un téléfilm de TF1 à une adaptation à l’anglo-saxonne avec des acteurs que j’affectionne pour la plupart. La faute, principalement, au côté comédie musical en continu dont l’omniprésence aurait pu m’être indifférente si seulement les musiques et les chansons m’avaient transporté et flatté davantage les oreilles. J’ai perdu l’ultime branche à laquelle j’aurais pu me raccrocher en n’adhérant pas du tout à la distribution des rôles, d’autant plus que j’étais hanté par le souvenir de la belle, sobre et exhaustive adaptation de Josée Dayan. Elle avait sans doute compris que l’histoire recelait déjà assez d’émotions fortes, de mélancolie et de grandiloquence en elle-même sans qu’il soit besoin d’en rajouter trois tonnes au risque d’alourdir la charge voire de faire plier la barque. Hooper n’a pas eu cette sobriété ou cette retenue, cette pudeur. Sur les misérables, il fait un peu dans le misérabilisme avec une mise en scène trop emphatique à mon goût, axée sur les plans serrés, fixes ou les caméras à l’épaule, oubliant de nous montrer davantage le Paris de la misère. Il a souvent filmé la comédie musicale comme s’il la filmait sur scène, dans les décors dépouillés d’un théâtre.

Les personnages s’en trouvent autant édulcorés que les décors, embellis et le choix le plus inconcevable se porte sur le couple Thénardier qui, en plus d’apparaître peu, ne s’illustre que dans des scènes pseudo-comiques que renforce leur allure clownesque. J’ai lu beaucoup de réactions reconnaissantes vis-à-vis de ce traitement du couple, quant à sa vocation comique visant à alléger le film. J’avoue que ça me laisse perplexe ; si je reconnais bien là un réflex très américain de vouloir alléger l’atmosphère avec de l’humour (pas toujours très fin), de ne pas assumer jusqu’au bout la tonalité tragique d’une histoire, je m’étonne davantage qu’autant de monde adhère. Il n’y a, que je sache, pas d’humour dans les misérables (sinon indirect, à travers peut-être la verve du petit Gavroche), et donc, cela me semble complètement décalé et de mauvais goût de transformer en pitres les personnages qui, en fin de compte, sont les vraies crapules de l’histoire, incarnent pour Hugo le côté obscur de la pauvreté, celui des rapaces, des profiteurs, qui finissent par développer une « intelligence » de charognard qu’ils mettent au service du vol et des traquenards, pris dans une machine infernale de survie qui finit par pervertir ceux qui sont pris dedans et les pousse au mal. Ces personnages sont tout sauf drôles, ce sont les plus grinçants, les enfoirés qu’on a envie de voir crever à longueur de film mais que, malheureusement, on ne voit jamais obtenir le sort qu’ils méritent. Avoir sacrifié ça pour « ménager » les émotions du spectateur et mettre de l’humour là où il n’a pas à être, je n’adhère pas du tout. De plus, le personnage d’Helena Bonham Carter crée une désagréable réminiscence avec son personnage de Mrs Lovett dans Sweeney Todd. Ces personnages semblaient sortis d’un livre de Roald Dahl adapté par Burton au ciné et ça jurait énormément dans le reste du film. Je n’ai pas l’oreille musicale du tout, donc je n’ai pu identifier aucune mauvaise note dans le film, en revanche, ce couple grotesque et bouffon en était une particulièrement grossière et flagrante à mes yeux (et non mes oreilles !).


En tout cas, si les plus fans d’entre vous sont dans l’humour et sont désireux de se plonger davantage dans l’histoire, je vous conseille, bien sûr, de lire le livre (ce que je vais tâcher de faire) mais aussi de vous procurer le téléfilm qui, avec ses 6h40, saura vous apporter les éventuels détails de l’intrigue que vous vouliez connaître ou découvrir, le tout servi avec une réalisation très digne et une belle distribution !





Cliquez sur l'image pour un aller simple vers ma chaine YouTube !

******

Fan Fiction : La Légende de Thunder Mesa
Toutes les réponses à vos questions sur la F.A.Q. Phantom Manor
Revenir en haut Aller en bas
Peterpan-forever



Féminin
Age : 22
Messages : 94
Localisation : Texas, USA
Inscription : 11/09/2012

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 11:51

Wouah ca c'est de l'analyse ! bravo ! Smile

Sinon moi pour faire court j'ai adoré ! j'aime quand s'est chanté et j'ai été servi ! Je suis obligée de saluer encore une fois (même si ça a été fais avant) les prestations d'Anne Hathaway et de Hugh Jackman. I dreamed a dream : cette scène m'a totalement bouleversée, c'était juste magnifique. J'ai également beaucoup aimé Marius, Cosette et Eponine, ces personnages sont vraiment bien interprétés, mention spéciale à Samantha Barks et son interprétation de On my own.

Cependant je ne sais pas ce que vous en pensez mais la scène de la mort de Gavroche m'a un peu déçue... Je me rappelle avoir lu ce passage dans le livre et avoir été très émue. J'attendais ce passage au tournant et, bien que triste on ne peux le nier, je m'attendais à ... autre chose. Dites moi ce que vous pensez de cette scène en particulier j'aimerais bien savoir vos avis pour voir si c'est moi qui en demande trop ou si la scène était vraiment bien. merci Smile


Hier est derrière
Demain est un mystère
Mais aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle le présent
Revenir en haut Aller en bas
kirari



Féminin
Age : 27
Messages : 6042
Localisation : Au pays des tous petits
Inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 12:52

C'est vrai que le jeu de HBC m'a bien rappelé Sweeney Tood et son role de Mrs Lovetts, mais moi ça m'a pas gêné plus que ça. Comme certains l'ont dit ici, ça apporte un peu de légerté car faut l'avouer les misérable c'est quand meme bien noir à l'origine.

Personnellement, pour te répondre Eaël, en inconditionnelle de Hugo, j'ai lu pendant mon collège les 5 tomes des Misérables (je suis littéraire dans l'âme passionnée par nos grands auteurs qui ont un style tellement différents des "grands" auteurs de nos jours). Plus, j'en ai vu multitudes d'adaptations dont le téléfilm, même en mangas (c'est pour dire). Ce que je craignais dans celle-ci, c'était le résumé en 2h30 qui oblige à ne pas dévelloper autant qu'il le faudrait certains personnages. Par exemple, j'aurais vraiment aimé qu'on développe plus Cosette et Gavroche et j'avoue etre restée sur ma faim pour ces 2 personnages. Surtout Cosette...
Mais pourtant, je persiste à dire que le film malgré ses élipses reste vraiment fidèle au possible au bouquin, et c'est assez rare pour être signalé (il n'y a pas une chose qui m'énerve plus qu'une adaptation qui s'éloigne drastiquement de l'oeuvre original comme l'adaptation).

Par contre, j'avoue ne pas trop comprendre pourquoi Russel Crowe est tant critiqué. J'avoue je n'ai pas une oreille musicale, mais moi j'ai apprécié sa prestation, notamment son passage dans "One more day" qui me fait frémir quand meme.

Concernant les chansons, I dreamed a dream n'est pas ma préférée, je lui préfère justement One more day et Hear the people sing.




Once upon a christmas time: TR de notre séjour en floride en novembre 2015

Once upon a wedding: notre mariage automne-hiver 2016

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://part-of-that-world.com
~boreal~



Masculin
Age : 34
Messages : 595
Localisation : 92
Inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 14:35

Pourquoi ne pas apprécier les prestations de Russel Crowe ? Parce que Javert doit impressionner, par son physique, sa prestance, et, spécifiquement au musical, sa voix. Pour moi, le Javert de Crowe est quasi transparent. De par son physique, bien loin du physique athlétique de Valjean/Jackman. Il fait plus l'effet d'un roquet en overdose de caféine qu'autre chose.

Et vocalement, il manque clairement de puissance, de souffle et de nuance. Oui ce sont des comédiens avant tout, et j'adhère à ce parti pris de mettre en avant l'émotion en dépit des imperfections, mais là c'est trop poussif pour être convaincant.

A côté, voilà une vidéo de la chanson Stars, sur scène, de l'excellent Norm Lewis :



jsuis la belette de personne moi....

Häendel , Breathe me ou bien The heart asks Pleasure first???
Revenir en haut Aller en bas
Sugar Kane



Féminin
Age : 25
Messages : 365
Localisation : Wonderland
Inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 16:14

Je suis tout à fait d'accord avec toi ~boreal~, c'est également de cette façon que je vois Javert (j'adore la version de Philip Quast Smile). Déjà physiquement, lors de la toute première annonce du casting, j'étais persuadée que Hugh Jackman serait Javert. Il se rapprochait plus de la vision que j'avais du personnage, et même vocalement, je pense que ça aurait pu marcher.

Même si la performance de Russel Crowe n'a absolument rien à voir avec ce que j'imaginais, je l'ai tout de même trouvé crédible dans son rôle. D'accord, il aurait pu être plus expressif à certains moments mais il a réussi à m'émouvoir avec "Stars" et ce n'était pas gagné. J'ai trouvé qu'il faisait passer beaucoup d'émotions par le regard. Quant à Hugh Jackman, qui a pourtant une plus grande puissance vocale, ce dernier m'a vraiment déçue sur "Bring Him Home" et sur "Valjean's soliloquy" (oulàlà cette dernière note, au secours!). Je suis peut-être trop habituée à John Owen-Jones dans ce rôle, allez savoir... Encore une fois, tout cela reste subjectif et chaque personne ressent les choses différemment.

Eaël, rassure-toi, tu n'es absolument pas un "rabat-joie" et tu as raison d'exprimer ton point de vue. Si les chansons t'ont laissé de marbre, c'est sûr que les trois heures de film ont dû te paraître bien longues Razz. Sincèrement, le fait que tu n'aies pas été ému ne signifie pas que tu es insensible. D'ailleurs, je pourrais également reprocher au film de tomber un peu trop dans le "pathos" par rapport au spectacle. Tous ces gros plans sur des visages larmoyants, ça peut faire "too much", je le reconnais. Et tout comme toi, j'ai trouvé certains passages chantés inutiles. La partie où Javert et Valjean sont dans la fabrique à Montreuil-sur-Mer ne fait vraiment pas naturelle et casse le rythme.

Peterpan-forever, je m'attendais également à autre chose pour la mort de Gavroche. J'aurais préféré qu'il meurt comme dans le livre, "la face contre le pavé", et que la tension qui règne sur la barricade soit plus palpable. Je l'imaginais comme un petit moineau, riant et sautillant pour éviter les balles. Dans le film, tout va bien trop vite pour qu'on puisse réaliser ce qu'il se passe. Et puis, ce gros plan sur son visage sans vie ne m'a pas vraiment plu. C'était comme si on nous donnait un signal : "Regardez, il est mort! Vous pouvez pleurer!". Peut-être que j'exagère, mais cette scène n'est pas très subtile. Par contre, la scène qui suit est absolument géniale Wink

Si vous voulez en savoir un peu plus sur le spectacle, John Owen-Jones avait répondu à une interview lors du passage des Misérables à Paris :




Revenir en haut Aller en bas
Peterpan-forever



Féminin
Age : 22
Messages : 94
Localisation : Texas, USA
Inscription : 11/09/2012

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 17:32

Ah merci Sugar Kane je me sens moins seule Smile


Hier est derrière
Demain est un mystère
Mais aujourd'hui est un cadeau
C'est pourquoi on l'appelle le présent
Revenir en haut Aller en bas
kirari



Féminin
Age : 27
Messages : 6042
Localisation : Au pays des tous petits
Inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 18:23

@~boreal~ a écrit:
Pourquoi ne pas apprécier les prestations de Russel Crowe ? Parce que Javert doit impressionner, par son physique, sa prestance, et, spécifiquement au musical, sa voix. Pour moi, le Javert de Crowe est quasi transparent. De par son physique, bien loin du physique athlétique de Valjean/Jackman. Il fait plus l'effet d'un roquet en overdose de caféine qu'autre chose.

Et vocalement, il manque clairement de puissance, de souffle et de nuance. Oui ce sont des comédiens avant tout, et j'adhère à ce parti pris de mettre en avant l'émotion en dépit des imperfections, mais là c'est trop poussif pour être convaincant.

A côté, voilà une vidéo de la chanson Stars, sur scène, de l'excellent Norm Lewis :


Oui, c'est pas du tout le meme timbre de vois, et dans ta vidéo javert est du coup beaucoup plus imposant. Pourtant, moi je trouve quand meme que Russel Crowe s'en est plutôt pas mal sorti et je trouve son interprétation de Stars n'est pas mauvaise pour autant.




Once upon a christmas time: TR de notre séjour en floride en novembre 2015

Once upon a wedding: notre mariage automne-hiver 2016

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://part-of-that-world.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 19:12

Eaël, c'est vrai que ça aurait été bien meilleur d'avoir les Thénardiers tels qu'ils le sont vraiment à la base.
Mais la petite touche d'humour aurait quand même été indispensable, je pense !
Là, ils sont totalement tombés dans l'humour et le grotesque, mais ce n'est pas trop lourd à regarder.
Disons juste que c'est du sacré gâchis pour les vrais Thénardiers...
Revenir en haut Aller en bas
~boreal~



Masculin
Age : 34
Messages : 595
Localisation : 92
Inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 19:49

J'avoue que sur Stars, la prestation de Russel m'a agréablement surprise dans la mesure où tout le reste du film, j'avais envie de le baffer ( faut il que je précise que je ne suis pas toujours d'une grande objectivité, et m'en excuse ) mais la scène du suicide est à mes yeux un massacre.

Concernant les Thénardier, et même si Tom Hooper a tenu a respecté l’œuvre littéraire, il s'agit de l'adaptation du musical. Musical pour lequel il a été décidé de tourner quelques peu le couple Thénardier en ridicule de façon à alléger un peu l’atmosphère. Du coup, l'interprétation d'Helena BC et Sasha Baron Cohen s'inscrit tout à fait dans cette logique ( même si leur Master of the House manque d'un petit quelque chose ).


jsuis la belette de personne moi....

Häendel , Breathe me ou bien The heart asks Pleasure first???
Revenir en haut Aller en bas
Jake Sully



Masculin
Age : 27
Messages : 4013
Localisation : Montévrain
Inscription : 05/04/2010

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Ven 22 Fév 2013 - 20:33

Je viens de retrouver des extraits de l'album conceptuel des Misérables (celui en français de 1980)... et OH MY GOD
On avait Michel Sardou dans le rôle de Enjolras, et Rose Laurens dans celui de Fantine
Revenir en haut Aller en bas
http://www.disneygazette.fr/
Eaël



Masculin
Age : 28
Messages : 1009
Localisation : Nantes
Inscription : 05/07/2010

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 2:08

@Peterpan-forever a écrit:
Cependant je ne sais pas ce que vous en pensez mais la scène de la mort de Gavroche m'a un peu déçue... Je me rappelle avoir lu ce passage dans le livre et avoir été très émue. J'attendais ce passage au tournant et, bien que triste on ne peux le nier, je m'attendais à ... autre chose. Dites moi ce que vous pensez de cette scène en particulier j'aimerais bien savoir vos avis pour voir si c'est moi qui en demande trop ou si la scène était vraiment bien. merci Smile

Effectivement, la mort de Gavroche aurait pu être carrément mieux, plus proche du livre (un des passages que je connais bien). Là encore, le téléfilm de 2001 est un peu mieux, mais ne touche pas "à la grâce".

@kirari a écrit:
Personnellement, pour te répondre Eaël, en inconditionnelle de Hugo, j'ai lu pendant mon collège les 5 tomes des Misérables (je suis littéraire dans l'âme passionnée par nos grands auteurs qui ont un style tellement différents des "grands" auteurs de nos jours). Plus, j'en ai vu multitudes d'adaptations dont le téléfilm, même en mangas (c'est pour dire). Ce que je craignais dans celle-ci, c'était le résumé en 2h30 qui oblige à ne pas dévelloper autant qu'il le faudrait certains personnages. Par exemple, j'aurais vraiment aimé qu'on développe plus Cosette et Gavroche et j'avoue etre restée sur ma faim pour ces 2 personnages. Surtout Cosette...
Mais pourtant, je persiste à dire que le film malgré ses élipses reste vraiment fidèle au possible au bouquin, et c'est assez rare pour être signalé (il n'y a pas une chose qui m'énerve plus qu'une adaptation qui s'éloigne drastiquement de l'oeuvre original comme l'adaptation).

Ah, merci, Kirari, c'est intéressant d'avoir l'analyse de quelqu'un qui connaît vraiment très bien l'oeuvre de Hugo et qui est même très fan. Je partage ton goût pour le talent de nos grands auteurs, mais j'avoue que Victor, j'ai toujours eu un peu de mal (ce qui explique que je tarde à lire ses romans).

@Sugar Kane a écrit:
Eaël, rassure-toi, tu n'es absolument pas un "rabat-joie" et tu as raison d'exprimer ton point de vue. Si les chansons t'ont laissé de marbre, c'est sûr que les trois heures de film ont dû te paraître bien longues Razz. Sincèrement, le fait que tu n'aies pas été ému ne signifie pas que tu es insensible. D'ailleurs, je pourrais également reprocher au film de tomber un peu trop dans le "pathos" par rapport au spectacle. Tous ces gros plans sur des visages larmoyants, ça peut faire "too much", je le reconnais. Et tout comme toi, j'ai trouvé certains passages chantés inutiles. La partie où Javert et Valjean sont dans la fabrique à Montreuil-sur-Mer ne fait vraiment pas naturelle et casse le rythme.

Merci de ta compréhension, chère Sugar Kane Smile

@Sugar Kane a écrit:
Je m'attendais également à autre chose pour la mort de Gavroche. J'aurais préféré qu'il meurt comme dans le livre, "la face contre le pavé", et que la tension qui règne sur la barricade soit plus palpable. Je l'imaginais comme un petit moineau, riant et sautillant pour éviter les balles. Dans le film, tout va bien trop vite pour qu'on puisse réaliser ce qu'il se passe. Et puis, ce gros plan sur son visage sans vie ne m'a pas vraiment plu. C'était comme si on nous donnait un signal : "Regardez, il est mort! Vous pouvez pleurer!".

C'est exactement ça! Tu retranscris tout à fait la sensation que devrait laisser la mort de Gavroche ; le texte dit d'ailleurs que c'est comme un petit oiseau qui nargue les chasseurs.
Pour l'effet "maintenant, vous pouvez pleurer", c'est un peu ce que j'ai ressenti à longueur de film!

Madison Monkey a écrit:
Eaël, c'est vrai que ça aurait été bien meilleur d'avoir les Thénardiers tels qu'ils le sont vraiment à la base.
Mais la petite touche d'humour aurait quand même été indispensable, je pense !
Là, ils sont totalement tombés dans l'humour et le grotesque, mais ce n'est pas trop lourd à regarder.
Disons juste que c'est du sacré gâchis pour les vrais Thénardiers...

Si j'étais producteur et que des "conseillers" ou auteurs m'avaient suggéré l'idée d'un couple de Thénardier plutôt humoristique, en toute intransigeance j'aurais sans doute dit : "Les Misérables, c'est une histoire triste, et ceux qui vont la lire ou la voit savent à quoi s'attendre. Ce n'est pas nôtre rôle de la réinventer pour ménager les coeurs trop sensibles. Si le public n'est pas capable d'affronter la beauté cruelle de cette histoire sans qu'on la dilue dans un humour artificiel, il n'a qu'à aller voir autre chose!" (Je vous autorise à me traiter d'enfoiré antipathique ).

Je trouve que "sacrifier" les Thénardiers, c'est cher payé. Des personnages plus secondaires, à la rigueur, mais eux... Mais enfin, l'important, c'est qu'au final, ils ont plutôt plu au public donc je suppose que ce n'était pas une si mauvaise idée!

@Jake Sully a écrit:
Je viens de retrouver des extraits de l'album conceptuel des Misérables (celui en français de 1980)... et OH MY GOD
On avait Michel Sardou dans le rôle de Enjolras, et Rose Laurens dans celui de Fantine



Et pourquoi pas Johnny Halliday dans le rôle de Valjean et Julien Clerc dans le rôle de Javert. Et bien sûr, Enrico Macias dans le rôle de Thénardier ainsi que Serge Lamas dans le rôle de Marius!




Cliquez sur l'image pour un aller simple vers ma chaine YouTube !

******

Fan Fiction : La Légende de Thunder Mesa
Toutes les réponses à vos questions sur la F.A.Q. Phantom Manor
Revenir en haut Aller en bas
innamoramento



Masculin
Age : 40
Messages : 1471
Localisation : Lyon (Caluire et Cuire)
Inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 8:55

quand on écoute la BO du spectacle cette fois, je trouve que les voix , le rythme des titres des Thénardiers paraît un peu loufoque et joyeux du coup la version de Carter/Cohen du filkm ne m'a pas choqué, n'ayant pas encore vu le spectacle en vrai, je ne peux comparer au niveau mise en scène.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopeia



Féminin
Age : 32
Messages : 1594
Localisation : Nice
Inscription : 11/04/2012

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 19:14

J'ai vu Les Misérables alors j'hésite entre affraid et Suspect.

Je n'ai rien contre les comédies musicales mais si ce ne sont pas mes films favoris mais là le "parlé chanté", c'était trop pour moi, ça donnait trop l'impression c'est une comédie musicale, il faut qu'on chante alors on chante même quand c'est pas la peine et mon Dieu que Russell Crowe est mal à l'aise dans son rôle...

L'histoire est tout de même assez fidèle au livre (même s'il y a des coupes sombres notamment sur les personnages de Marius et de ses amis révolutionnaires qui arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe) mais je n'ai pas du tout accroché au traitement des Thénardier, le côté comique ajouté à leurs personnages efface complètement le côté sordide de cette famille, renvoie le martyre de Cosette au second plan et occulte les trois abandons d'enfants, bref je ne vais pas voir Les Misérables pour rire, je trouve que cela tombait à plat.

Seul le petit Gavroche sauve un peu la mise mais ça pèse pas lourd pour un film de 2h30.

Bref, une véritable déception.



Revenir en haut Aller en bas
GussGuss



Masculin
Age : 25
Messages : 2595
Localisation : Avec Jaq, dans les cuisines du Bistrot chez Rémy !
Inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 19:26

Petit rappel pour dire que le film est inspiré de la comédie musicale à succès, et pas du bouquin de V. Hugo !
Donc si le côté comique des Thénardier te déplait, il faut davantage le repprocher à la comédie musicale plutôt qu'au film qui s'en inspire. Wink
Le film ne respecte pas le bouquin et c'est bien légitime, car ce n'est pas du tout son but.




Coffret Tron l'Héritage édition spéciale Fnac neuf sous blister, sur cette page.
Revenir en haut Aller en bas
Yao



Masculin
Age : 27
Messages : 2842
Localisation : Paris
Inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 22:25

Énorme déception pour ma part. J'adore le musical, que j'ai déjà vu sur scène d'ailleurs. Mais le film ne fait absolument pas, selon moi, honneur à la version scénique. L'orchestration est molle, le son est sourd, confus, sans couleur, les voix sans timbres. Vocalement, les acteurs ne font pas du tout honneur à la partition. Puis pourquoi avoir modifié l'ordre des chansons, ou même modifié des récitatifs : à part brouiller et apporter de la confusion, ça n'apporte absolument rien. Alors que c'est une œuvre intégralement chantée, donc bouleverser l'équilibre initial établi, c'est périlleux, et là ça ne prend pas.

Grosse déception sur la scène d'ouverture par exemple, qui manque de force, de puissance musicale. Normalement, on se prend le son en plein visage. Là c'est à peine si on entend la musique. Et les récitatifs mal chantés, ça tourne au ridicule. Ils ne respectent pas les rythmes et le phrasé requis pour que le récitatif prenne. Seules les scènes de groupe à l'ABC ou sur Do Your Hear sauvent un peu le tout.

Un film sans commune mesure avec l'expérience musicale telle qu'elle est vécu sur scène. Ce film est pour moi un rendez-vous manqué, absolument. Sad
Revenir en haut Aller en bas
innamoramento



Masculin
Age : 40
Messages : 1471
Localisation : Lyon (Caluire et Cuire)
Inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 22:51

Bonsoir,
Pour répondre à beaucoup de questions sur le transfert Musical film, je ne saurais trop vous conseiller d'écouter cette très bonne émission de France Musique "42ème rue présenté par Laurent Vallière.

http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/rue/archives.php?e_id=65000060

POur nos amis apple vous pouvez la podcaster.

Je l'écoute toute les semaines et franchement c'est une mine d'information sur les musicals joué à Broaway, Londres ou en France.
Revenir en haut Aller en bas
~boreal~



Masculin
Age : 34
Messages : 595
Localisation : 92
Inscription : 21/09/2007

MessageSujet: Re: [Universal] Les Misérables (2012) Sam 23 Fév 2013 - 23:08

Autant sur les nouvelles orchestrations, on aime ou pas et je ne peux argumenter car je n'ai malheureusement pas vu le film dans des conditions optimales, autant je trouve que les changements dans l'ordre des chansons sont dans l'ensemble très intelligents.

Inverser I dreamed a dream et Lovely ladies c'est LA bonne idée, l'enchainement est plus logique et le tout gagne en intensité. C'est encore plus sombre, plus dramatique.

L'enchainement On my own/One day more/Do you hear the people sing forment un bloc puissant, avec une synergie forte, c'est très fluide.

Parmi les nouveautés, j'apprécie également beaucoup le retour de l'évêque de Digne à la fin du film, pour accueillir Jean Valjean. J'ai trouvé ça émouvant et encore une fois intelligent, comme pour boucler la boucle.


jsuis la belette de personne moi....

Häendel , Breathe me ou bien The heart asks Pleasure first???
Revenir en haut Aller en bas
 
[Universal] Les Misérables (2012)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Disney Central Plaza :: Au-delà de Disney :: Culture et Divertissements-